×
7 564
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Groupon veut jouer à fond la carte locale

Publié le
today 1 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Terminée l’image des promotions massives, Groupon veut désormais être perçu par les commerçants comme un générateur de trafic. Alors que l’activité américaine du spécialiste de l'achat groupé est mûre, le groupe entend monter en puissance en Asie et en Europe. Avec notamment la mode dans le viseur, marché pour laquelle l’entreprise de Chicago cherche la bonne formule.


Au dernier trimestre, Groupon affichait en France 1,3 million de visiteurs uniques par jour - Groupon


« La mode est un secteur que nous voulons développer », nous explique le directeur du développement de Groupon France, Paul Choppin de Janvry, à l’occasion du salon One-to-One Retail E-commerce qui s'est tenu du 19 au 11 mars à Monaco. « Notamment car cette activité est face à des problématiques liées à la fréquentation en magasins. Il faut donc trouver le bon modèle, car on sait que les marges se sont contractées dans le secteur de l’habillement ». Promod, Eram, André, Pataugas ou encore Spartoo figurent parmi les réseaux mode ayant eu récemment recours à Groupon, tant pour générer du trafic dans leurs boutiques que sur leurs portails. Car c’est dans le trafic que réside la force de Groupon.

Mais si cette audience peut bénéficier aux grandes enseignes et portails, peut-il en être de même pour les plus petits détaillants ? « C’est compliqué, concède Paul Choppin de Janvry. Car ils ne peuvent pas faire 30 % sur tout le magasin ou même sur une seule catégorie, faute de stock. Or notre but est que l’opération soit rentable pour les professionnels. Nous-mêmes sommes rémunérés à la performance. Mais je pense que nous aurons des choses nouvelles dans ce domaine cette année. Nous réfléchissons à des mécaniques pertinentes, surtout à l’heure où la profession aspire largement à en finir avec les promotions. »

Le secteur de la beauté et des cosmétiques est de son côté très minoritaire dans l’activité du portail. Mais il n’est pas oublié pour autant. « C’est celui qui a le plus fort potentiel de croissance », confie le directeur du développement.

Changer d’image

« Mais la priorité est de casser l’image ‘promo’ de Groupon », insiste Paul Choppin de Janvry. Groupon s’est ainsi récemment affiché massivement à Paris et Milan, incitant les utilisateurs à découvrir les restaurants et commerces de leur ville. Un test qui aurait occasionné des téléchargements massifs de l’application, où se concentre 60 % du trafic du portail, ouvrant donc la voie à une déclinaison dans les principales villes d’Europe.

La dernière campagne Groupon est tournée vers une approche de découverte des commerces locaux


A l’instar des Vente-Privée, ShowroomPrivé et autres, Groupon se positionne plus que jamais en tant que partenaire, avec comme argument massue son audience. Au dernier trimestre, l’entreprise affichait en France 1,3 million de visiteurs uniques par jour, et 11 millions par mois. A l’international, l’application compte une cinquantaine de millions de clients actifs sur les quinze marchés couverts. Mais, à l’instar d’un Ebay longtemps associé aux enchères pourtant devenues minoritaires dans son activité, le virage voulu par Groupon pourrait prendre du temps.

Une démarche qui peut cependant s’appuyer sur la récente réorganisation des équipes, et qui permet désormais de gérer les campagnes au niveau européen avec des communications concertées sur la France, l'Italie, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Cette approche vient s’ajouter à des communications régionales qui reposent sur la présence de commerciaux dans les principales villes, tandis que les commerces les villes secondaires sont démarchés par téléphone.

Groupon affiche sur son exercice 2018 un chiffre d’affaires de 2,64 milliards de dollars (2,33 milliards d'euros), en recul de 7 %.  Son résultat d’exploitation est pour sa part en hausse de 8 % à 269,8 millions de dollars (238,6 millions d'euros). Un niveau que le groupe américain indique pouvoir maintenir pour l’exercice en cours.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com