×
5 786
Fashion Jobs
Publicités

Gucci passe le cap des 2 milliards d'euros au troisième trimestre

Publié le
today 24 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels, Kering s’est envolé à la Bourse de Paris, grimpant de plus de 9 % à la mi-journée. Les marchés ont surtout salué l’excellente performance de Gucci, la locomotive du groupe de luxe, qui, loin de décevoir, a maintenu un rythme serré avec une croissance organique de 35,1 % (+34,2 % en données publiées), à 2,09 milliards d’euros, en ce troisième trimestre 2018. Le pôle mode de LVMH, dont Louis Vuitton représente près de 80 % des ventes, a enregistré au cours de cette même période une hausse de 14 %.

Le style flamboyant de Gucci continue de séduire les consommateurs - Kering


La performance de Gucci est d’autant plus remarquable que les analystes tablaient sur un résultat inférieur, avec une hausse du chiffre d’affaires trimestriel du groupe de François-Henri Pinault de 25 % alors qu’il a grimpé de 27 %, à 3,4 milliards d’euros, au cours de la période. Certains mettaient en avant un risque de lassitude, une fois passé l’effet nouveauté injecté à partir de 2015 par l’esthétique très particulière, à la fois baroque et éclectique, du directeur artistique, Alessandro Michele.
 
La base de comparaison n’était pas des plus faciles non plus, Gucci ayant vu sa croissance exploser de 49,4 % en comparable au troisième trimestre 2017. Cette année, la marque a par ailleurs enregistré +48,7 % au premier trimestre et +40,1 % au deuxième trimestre.

Elle marque donc une décélération. Mais comme l’a indiqué le directeur financier de Kering, Jean-Marc Duplaix, lors d'une téléconférence, si le processus de normalisation va se poursuivre, Gucci devrait néanmoins continuer d’afficher une croissance à deux chiffres estimée autour de 25 % au quatrième trimestre.
 
Le PDG de la griffe, Marco Bizzarri, avait prévenu ses équipes fin septembre qu’un ralentissement des ventes était inévitable, tout en les rassurant sur l’avantage compétitif engrangé par Gucci sur ses concurrents. De fait, entre juillet et septembre 2018, ses ventes ont affiché une croissance à deux chiffres pour toutes les catégories de produits, dans toutes les régions et auprès de toutes les nationalités de clients, indique la maison dans un communiqué.
 
Bond des ventes en ligne

A noter l’impressionnante progression des ventes en ligne, qui ont bondi de 68 %. Les ventes wholesale ont quant à elles crû de 36,3 % sur un réseau de clients multimarques stable. Dans le réseau retail, composé au 30 septembre de 538 boutiques en gestion directe, représentant 83 % du chiffre d’affaires total, les ventes ont augmenté de 35 % au troisième trimestre.
 
Le marché chinois, qui faisait craindre le pire sur fond de tensions avec les Etats-Unis et d’un ralentissement de la consommation, n’a pas déçu. La griffe italienne a vu ses ventes s’envoler de 42 % en Asie-Pacifique, son principal débouché, pesant pour 35 % sur son chiffre d’affaires total. Là encore, la direction de Kering reste confiante. Aucune baisse n’a été constatée en Chine, a rassuré Jean-Marc Duplaix, qui a indiqué par ailleurs que la marge opérationnelle courante de Gucci, devrait avoisiner les 30 % au second semestre.
 
Pour ce qui est des autres régions, les ventes ont grimpé au cours de la période de 40,7 % en comparable en Amérique du Nord, de 25 % en Europe (représentant 32 % des ventes totales), de 33 % au Japon, confirmant la bonne santé de la marque, dont la solidité ne s’appuie pas seulement sur le changement de style radical impulsé par Alessandro Michele, mais aussi sur une stratégie de communication importante, notamment sur le Web et sur un grand travail de repositionnement des magasins et de rationalisation des dépenses.
 
Sur les neuf premiers mois de l’année, Gucci a atteint un chiffre d’affaires de 5,9 milliards d’euros, en hausse de 40,8 % en comparable (+35,6 % en données publiées) par rapport à la même période un an plus tôt. Un chiffre très proche des 6,2 milliards d’euros réalisés sur toute l’année 2017, qui devrait permettre à la marque d’espérer arriver à 8 milliards en 2018… non loin des 9 milliards d’euros de chiffre d’affaires de sa rivale Louis Vuitton.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com