×
5 787
Fashion Jobs
Publicités

Gucci : pour la pré-collection d'Automne 2020, suivez le guide !

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 11 déc. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alessandro Michele a imaginé un nouveau format pour présenter son dernier opus pour Gucci : la pré-collection d'Automne 2020.


Gucci - Pré-collection Automne 2020 - Photo : Bruce Gilden pour Gucci


Pour dévoiler la pré-collection, Bruce Gilden a photographié les mannequins au cours d'une visite de la ville de Rome — tour à tour antique, Renaissance, rationaliste et même légèrement décrépie — pour composer une série inspirante de portraits étranges.

Par une journée nuageuse dans la ville éternelle, Alessandro Michele et son équipe se sont faufilés sur les rives du Tibre pour photographier plusieurs tenues. S'il fallait n'en retenir qu'une : cette demoiselle aux cheveux courts, portant un imperméable en cuir jaune frappé du motif de maillons Gucci, avec une longue jupe rose et des bottes en daim violet, posant devant les rapides qui longent l'Île Tibérine.

Les admirateurs du film La grande bellezza de Paolo Sorrentino reconnaîtront également les rives incrustées de mauvaises herbes à proximité du Vatican, où posent des beautés plus mûres comme l'actrice et icône de mode Benedetta Barzini, pleine de grâce dans sa robe à sequins à encolure-rivière de diamants, ou, sur une autre photo, un caftan en lin citron vert, recouvert de dentelles oranges passées, porté avec des gants en cuir verni noir. Benedetta Barzini, 76 ans, est l'une des grandes impératrices de la mode : Diana Vreeland a demandé à Irving Penn de tirer son portrait, et c'est elle qui a fait la couverture du premier numéro du Vogue italien en 1965.


Gucci - Pré-collection Automne 2020 - Photo : Bruce Gilden pour Gucci


La série s'étend sur 56 pages, dans un livret envoyé à toutes les rédactions de mode. On y voit les mannequins arpenter des tunnels sous des autoroutes, ou poser devant des tramways humides qui traversent les murailles antiques de Rome. Comme on le sait déjà, Alessandro Michele aime la théâtralité, la sophistication littéraire, les références érudites et le glamour à fleur de peau.

Inévitablement, le Colisée fait son apparition dans la série, derrière une jeune fille blonde sanglée dans un imprimé floral orné du mot "Gucci" écrit en alphabet japonais, ou bien derrière le mannequin et activiste Bethann Hardison, vêtue d'un charmant manteau à carreaux, porté avec un bonnet fleuri, des chaussettes tricotées et des mocassins à logos. Dans les années 1960, Bethann Hardison a brisé les barrières raciales de la mode en posant pour Allure et Vogue, avant d'arpenter le podium du fameux défilé "Bataille de Versailles" en 1973, qui avait révolutionné le regard des Européens sur les créateurs américains.


Gucci - Pré-collection Automne 2020 - Photo : Bruce Gilden pour Gucci


Certains mannequins éclectiques fixent le spectateur, debout devant le plus vieux pont de la ville, le Ponte Rotto. Il ne reste plus que deux colonnes de cette structure vraiment ancienne, construite au IIème siècle av. J.-C. et qui, contre vents et marées, se dresse toujours parmi les eaux tumultueuses du Tibre.

Alessandro Michele est même passé par Corso di Francia, ce pont monumental qui remonte à l'époque de Mussoli, et qui mène au Stadio Olimpico, où ont eu lieu les Jeux olympiques de Rome en 1960.

Dans l'un des monologues du film cité plus haut, son protagoniste Jep Gambardella raconte : "Quand je suis arrivé à Rome, à l'âge de 26 ans, je suis tombé assez rapidement, presque sans m'en rendre compte, dans ce que l'on pourrait définir comme le tourbillon de la vie. Mais je ne voulais pas seulement vivre la grande vie. Je voulais devenir son roi."

Voilà une mission qu'Alessandro Michele a accomplie — du moins dans le vaste royaume de la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com