×
Publicités
Publié le
7 juin 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Guillaume Darrousez (Petit Bateau): "Nous réalisons 67% de nos ventes avec des intemporels, vivons-le et assumons-le !"

Publié le
7 juin 2021

Le 6 juillet prochain Guillaume Darrousez célèbrera sa première année à la tête de Petit Bateau. Une année largement marquée par la crise sanitaire du coronavirus durant laquelle la marque de textile française emblématique fondée en 1893 s’est recentrée sur ses fondamentaux: le bébé, l’intemporel, mais aussi l’écoresponsabilité. Une stratégie qui se reflète dans sa nouvelle plateforme de marque et sa devise: " Liberté, qualité, durabilité". La marque propriété du groupe Rocher (Yves Rocher…) qui compte 286 magasins dans le monde (hors Chine) en plus d’une vaste implantation en GMS y détaille ses engagements en matière de qualité et d’environnement avec une envie: que les enfants restent connectés à la nature.  


Guillaume Darrousez, le Pdg de Petit Bateau


FashionNetwork.com : Comment la marque Petit Bateau traverse-t-elle cette pandémie mondiale et est-ce-que cette période inédite a accéléré ou initié la mise en place de certains projets ?

Guillaume Darrousez : J’ai envie de dire que la période se passe bien et que toutes les équipes de Petit Bateau ont répondu présentes. Cette période a également vu naître un énorme élan de solidarité, 48 heures après l'annonce du premier confinement par exemple notre usine de Troyes a fabriqué des masques et notre entrepôt logistique a toujours assuré la continuité des livraisons. Et puis, comme pour toute l’industrie, cette crise a également été une opportunité d’accélération du volet environnemental et du digital. En 2020 avec la fermeture des magasins, les ventes de Petit Bateau ont reculé de 20%, mais nos ventes en ligne ont représenté 28% de notre chiffre d’affaires (contre 15% en 2018, ndlr) et pèseront 30% en 2021. 

FNW : A la fin de l’année 2020, Petit Bateau a fermé ses six magasins espagnols et ses corners chez El Corte Inglès, pourquoi ce choix et souligne-t-il un changement stratégique pour Petit Bateau ?

GD : C’est un choix que j’assume. Il s’agissait d’une filiale qui perdait de l’argent et ne bénéficiait pas de perspectives. Il est donc préférable d’opérer des investissements sur d’autres marchés comme la Chine où nous comptons 44 boutiques en partenariat (avec Fung Retailing, ndlr) et où nous venons de nommer Marc Ardisson au poste de directeur général Asie-Pacifique et Moyen-Orient, une zone qui exclut le Japon. Nous n’avons pas encore eu la montée en puissance espérée en Chine, nous voulons donc avoir une prise plus directe sur ce marché, comme c’est le cas au Japon, notre second marché derrière la France. Nous voulons aussi y développer notre présence digitale, en y déployant notamment notre nouvelle plateforme de marque.


La nouvelle campagne Petit Bateau


FNW : Petit Bateau n’a jamais revendiqué le statut de marque de mode, mais plutôt de marque intemporelle, est-ce que la crise a renforcé cet aspect ?

GD : Aujourd’hui 67% de nos ventes se font avec des pièces intemporelles. Vivons-le et assumons-le ! Et j’ai l’ambition de monter jusqu’à 80%. Par ailleurs nous voulons être le champion du monde sur les vêtements bébés qui représentent la majorité de nos ventes. L’adulte ne pèse que 10% de nos ventes, avec 90% de ventes de tee-shirts. C’est pourquoi nous avons aussi arrêté les collections hommes qui représentaient 1% de nos ventes mais prenaient quand même beaucoup d’énergie.

Dans cette sortie de crise nous avons une longueur d’avance sur nos concurrents mais il faut maintenir notre niveau de notoriété principalement sur les 25/35 ans. Notre nouvelle plateforme de marque, dont le lancement a été reculé en raison de la situation sanitaire, va y contribuer.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com