×
2 701
Fashion Jobs
Publié le
8 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Guinot-Mary Cohr en appelle au Conseil d’Etat pour rouvrir les instituts de beauté

Publié le
8 avr. 2021

C’est une procédure accélérée que sollicite le groupe Guinot-Mary Cohr dans l’espoir de voir rouvrir rapidement les instituts de beauté en France. L’entreprise, qui pilote plus de 300 centres de soin et d’esthétique, a déposé le 7 avril un référé devant le Conseil d’Etat. L’audience se tiendra dans les jours à venir, et une décision devra être rendue dans les 48 heures qui suivent.


Une cabine de soin Mary Cohr - DR


Le groupe Guinot-Mary Cohr s’affirme victime d’une "injustice flagrante" dans le cadre de la décision de fermer les commerces dits ‘non essentiels’ sur le territoire, qu’il juge "d'autant plus étonnante et discriminatoire que les salons de coiffure sont au contraire autorisés à rester ouverts".

Des commerces qui appartiennent au même code d’activité que les salons de beauté, et qui proposent parfois des soins identiques (notamment en ce qui concerne les ongles et le regard). La société dirigée par Jean-Daniel Mondin dénonce également "la concurrence déloyale" des sites web de soins à domicile, qui continuent de fonctionner et de pouvoir réaliser des prestations à domicile, mais aussi des médecins esthétiques qui pratiquent toujours des soins minceur, anti-âge ou épilation, "en utilisant des appareils et des méthodes le plus souvent identiques à celles des instituts de beauté".

Les arbitrages gouvernementaux en ce qui concerne les commerces autorisés ou non à ouvrir ont déjà été pointés du doigt fin mars par le Conseil du commerce de France et CCI France: "Le retour de la distinction entre ceux qui vendent des produits considérés comme de première nécessité et les autres n’est pas compris, indiquent les deux entités. Depuis plusieurs mois, nous le rappelons: tous nos commerces sont essentiels. Imposer une fermeture à quelques secteurs est ressenti comme une stigmatisation de leur activité".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com