×
Publicités
Publié le
11 sept. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Happychic entérine l’émancipation de Bizzbee et La Gentle Factory

Publié le
11 sept. 2018

Dans le plan de redressement qui touche le distributeur nordiste Happychic, dont le projet phare est la fusion à terme des enseignes homme Jules et Brice, le destin des deux autres membres du groupe, l’enseigne Bizzbee et la marque La Gentle Factory, s’affine. Toutes deux prennent leur envol, chacune à sa manière.


La boutique Bizzbee de Lyon Part-Dieu - Centre commercial Part-Dieu


Née en 2005, la chaîne mixte au positionnement très streetwear Bizzbee va continuer à viser les 16-25 ans, mais de façon beaucoup plus indépendante. Ciblant donc une communauté plus jeune que Jules et Brice, elle va ainsi se détacher sur le plan opérationnel de ses aînées.

« Bizzbee reste une filiale du groupe mais doit imaginer sa vie de façon beaucoup plus libre », estime Jean-Christophe Garbino, le dirigeant du groupe Happychic. Jusqu’à adopter un fonctionnement de « start-up », moins lourd qu’une organisation de groupe, on l’imagine plombée par les difficultés rencontrées par les deux enseignes masculines. « L’offre va gagner en clarté et sera pilotée par la performance individuelle des familles de produits, des magasins, et plus que jamais par rapport aux besoins exprimés par le client », insiste le groupe dans un communiqué.

Dotée d’un réseau de 65 magasins en France, Bizzbee s’avère également touchée par le plan de restructuration du groupe avec la fermeture de 10 magasins et la suppression de 43 postes. « C’est une pépite qui est encore assez jeune et reste à polir », argue le dirigeant.

Pour La Gentle Factory, la marque de mode responsable initiée en interne en 2013 sous l’impulsion de Christèle Merter, la décision est plus radicale. Ce label aux matières bio ou recyclées qui compte une boutique à l’enseigne à Lille a été mis en vente au printemps dernier. Et devrait connaître son repreneur cet automne, puisque « plusieurs candidats à la reprise se sont manifestés ». « Nous allons examiner les offres en octobre », indique le dirigeant, qui préfère ne pas se disperser et se focaliser sur les chaînes phare du groupe.


L'offre féminine de la marque La Gentle Factory, qui est mixte. - La Gentle Factory


Mais, bien qu’Happychic cède donc sa marque centrée sur le développement durable, Jean-Christophe Garbino nous esquisse en parallèle une nouvelle orientation plus écoresponsable pour ses marques, sans toutefois en dire beaucoup plus. Un principe baptisé « zero waste » (zéro gâchis) qui guidera à l’avenir les projets de l’entité Fashion3, le groupement d’intérêt économique qui chapeaute les marques Happychic (Jules, Brice, Bizzbee), mais aussi Pimkie, Grain de Malice, RougeGorge et Orsay. Reste à connaître les mesures concrètes de cette ambition.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com