Hed Mayner : un moment de grâce au premier jour des défilés

Hed Mayner a fait salle comble mardi, offrant à la fashion sphère une bouffée d'oxygène au terme d'une journée survoltée. Beaucoup de fans et de curieux avaient fait le déplacement pour voir le travail du designer israélien, en lice cette année pour les finales du Prix LVMH et de l'Andam. Ils ont pu profiter de cet instant comme suspendu dans le temps, observant les silhouettes traversant avec calme cet espace vide et blanc immaculé du Marais, qui accueillera bientôt une galerie.


Hed Mayner, printemps-été 2020 - ph Dominique Muret

Enveloppés dans de longues tuniques et ponchos, avec des gerbes de blé en guise de chapeaux ou de pochettes, les mannequins pieds nus dans leurs sandales semblaient venir de contrées lointaines. Un espace-temps situé dans une ère pré-technologique, où les it-bags et autres smartphones et gadgets électroniques n’existaient pas.

Le designer israélien Hed Mayner (33 ans), qui défile dans la capitale depuis juin 2017, concentre en effet tous ses efforts sur le vêtement. Et en particulier cette saison sur les classiques de la garde-robe masculine, qu’il s’amuse à réinventer dans des cotons usés et des lins-toiles de jute pour créer de nouvelles formes s’inscrivant dans son registre habituel d’habillement unisexe confortable.
 
La veste traditionnelle avec ses grands revers est coupée nette à la taille, prenant, ainsi raccourcie, des airs de spencer XL. Ailleurs, elle garde sa longueur, mais s’ouvre dans le dos en deux pans verticaux ou bien la structure est retravaillée au niveau des épaules comme gonflées en torsade et dans le dos avec un jeu de plis et de drapés.

Ce même travail d’expérimentation est mené sur les chemises, qui se rallongent en maxi-tuniques ou s’évasent. Un modèle est privé quant à lui de ses manches et construit avec de simples pans rabattus sur le devant.
 
« J’ai voulu transformer les classiques du vestiaire masculin en leur donnant de nouvelles formes comme s’ils étaient en mouvement. Par exemple, les manches d'une veste sont comme positionnées sur le devant pour créer une nouvelle attitude », explique Hed Mayner en coulisses. Toujours adepte de la simplicité et des volumes lâches, il transforme aussi de simples plaids en ponchos à porter sur des pantalons sarouels dans une palette aux couleurs naturelles de la terre.
 
Après des études à l’École des beaux-arts de Bezalel, à Jérusalem, Hed Mayner est venu poursuivre sa formation à l’Institut Français de la Mode avant de lancer sa marque unisexe en 2015, où il mêle influences et cultures. Le designer, qui est basé à Tel Aviv, est distribué aujourd’hui dans 50 boutiques multimarques dans le monde, dont L’Eclaireur et les Galeries Lafayette à Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER