×
Publicités
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
16 juil. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Henri Foucaud (Hapticmedia):"Les images de rêve en papier glacé ne suffisent plus à séduire"

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
16 juil. 2021

Fermeture des magasins oblige, la crise sanitaire a obligé les marques à accélérer leur passage au digital, et à optimiser l'expérience de shopping en ligne de leurs clients. Chose qu'a constaté Henri Foucaud, président et cofondateur de la start-up française Hapticmedia, qui accompagne la digitalisation des marques de luxe, dont des maisons des groupes Richemont et LVMH, via des solutions de représentation 3D. Il nous en dit plus sur ces nouveaux outils, mais également sur la façon dont les marques doivent aujourd'hui se réinventer pour répondre aux nouvelles attentes de leurs clients. Rencontre.


DR


La pandémie a-t-elle inversé la hiérarchie magasin physique/e-commerce?

Henri Foucaud: Ces deux canaux sont complémentaires aujourd'hui. Le premier contact avec le produit se fait en ligne sur un smartphone dans plus de 80% des cas; il est donc essentiel et il se doit d'être réussi sinon le consommateur se dirigera vers une autre marque. Ce lead peut se transformer en ligne comme en magasin physique. En Europe, le commerce physique est encore largement majoritaire sur les ventes en ligne même si le e-commerce progresse vite. En Asie, et notamment en Chine, la vente en ligne de cosmétiques est bien plus importante que la vente en magasin physique. La réalité est donc diverse, mais il est certain que la pandémie a fortement accéléré l'importance de la première vitrine des marques, leur site internet.

Que doivent faire les maisons de luxe pour s'adapter à l'essor du commerce en ligne?

HF: Il faut commencer par admettre que le monde change vite et que les vieilles logiques d'hier ne s'appliquent plus aujourd'hui. Il faut aussi se rendre compte que ne pas changer signifie signer sa décroissance rapide. Il y a de fortes mutations à opérer. Les images de rêve en papier glacé et de beaux produits artisanaux ne suffisent plus à séduire. Le luxe se conçoit maintenant avec des influenceurs et un ancrage dans le réel de personnalités magnifiées. Les propositions des sites de e-commerce peuvent aussi évidemment évoluer pour séduire la Gen Z chinoise, principal vecteur de la croissance des groupes de luxe, vers plus d'interactivité et de personnalisation.

En quoi vos solutions peuvent-elles accompagner la révolution digitale des secteurs de la mode et de la beauté? 

HF: Les cosmétiques sont des produits qui ont une dimension très personnelle. Les marques cherchent de plus en plus à rendre personnalisable le produit lui-même, mais également son contenant et son emballage avec une présentation personnalisée ainsi que de 'l'engraving' pour noter le bon texte sur la boîte cadeau ou sur la bouteille de parfum directement. Dans le projet 'Les Abeilles' pour Guerlain, tout est personnalisable: le jus de parfum, la taille de la bouteille, la couleur, la décoration, le type et la couleur du nœud, la gravure, etc. Au final, le consommateur va créer son propre produit, qui va devenir infiniment personnel et rapprocher émotionnellement le client du produit.

Certains freins concernant la livraison ou la nécessité de toucher et essayer le produit empêchent les consommateurs de se tourner totalement vers le e-commerce. Comment y remédier?

HF: L'essayage virtuel ou 'Virtual Try-on' est le sujet porteur du moment qui permet au consommateur d'essayer son produit sur lui avec son téléphone et d'en mesurer le rendu et les effets. Ce sujet nécessite au préalable une modélisation parfaite en 3D des produits afin d'utiliser cette technique qui se base également sur la réalité augmentée ainsi que l'intelligence artificielle.

Comment pallier le manque de conseils, de personnalisation, en ligne?

HF: Les chats se développent sur les sites de e-commerce. Il est aussi possible de rentrer en visioconférence avec un vendeur directement sur le site de vente, ou de prendre un rendez-vous en visioconférence pour obtenir un conseil toujours plus personnalisé.

La Gen Z, cible des marques de luxe, est par essence incollable sur le digital. Comment parvenir à la séduire alors que les marques elles-mêmes ont du retard?

HF: Les groupes de luxe sont très puissants et savent s'entourer. Autant LVMH que Richemont ont des infrastructures et des programmes très performants pour collaborer avec les start-up utilisant les dernières technologies. Et même si certaines cultures de société sont parfois réticentes, il n'est plus vraiment optionnel d'adopter ces nouveaux modes au risque de s'affaiblir ou de disparaître.

ETX Daily Up
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 AFP-Relaxnews.