×
5 643
Fashion Jobs
Publicités

Hermès inaugure à New York son année de l’innovation

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 15 févr. 2020
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La maison Hermès a dévoilé jeudi sa nouvelle thématique annuelle, qui s’intitule pour 2020 « Innovation in the Making » (Innovation en cours), avec une série d’événements multi-dimensionnels répartis dans tout Manhattan. Parce qu’il s’agit de Hermès, il y avait notamment un symposium matinal sur une île de la baie de New York, rassemblant toutes sortes de grands esprits, et le soir, une démonstration d’une poésie éblouissante – une performance filmée en live avec des effets spéciaux dans la future nouvelle super boutique de Hermès, la griffe cavalière par excellence, sur Madison Avenue.


Hermès a présenté à New York son thème pour l'année 2020 - Carol Sachs


La journée a commencé par une promenade en bus scolaire le long de l’East River, suivie d’une traversée venteuse en ferry jusqu’à Governor’s Island, où le directeur artistique de la maison, Pierre-Alexis Dumas, ainsi que l’apparatchik du milieu de l’art Nikhil Chopra, orchestraient une série de débats et de conférences. Il y a eu notamment une intervention du philosophe vivant le plus lu en France, François Jullien, une conférence sur les voyages spatiaux par une véritable astronaute, une leçon de paléoanthropologie, une performance de danse d’Okwui Okpokwasili, et une interview avec le maître designer d’Apple, Jony Ive.

En mettant pied à terre, on était accueillis sur l’île par une fanfare locale, devant un panneau proclamant « Bienvenue à l’Université Hermès ». À l’intérieur de l’espace d’exposition, les noms des participants à cette matinée étaient inscrits à la craie sur une série de tableaux noirs.

« Bonjour, je suis le Doyen des études créatives, et vous êtes la promotion 2020 », a plaisanté Pierre-Alexis dans son discours d’introduction, tandis que 150 invités s’installaient à d’étroits pupitres métalliques de lycée. Il nous a promis que la matinée brosserait un panorama des origines de l’homme aux confins de l’univers. Et ce fut le cas. En commençant par les chasseurs cueilleurs qui montèrent les premiers chevaux, et connaissaient déjà l’un des slogans de Hermès : « Quand on tombe de cheval, il faut tout de suite se remettre en selle. »

L’astronaute Dr Peggy Whitson, qui a grandi dans une ferme de l’Iowa, a expliqué que les voyages dans l’espace revenaient essentiellement à contempler les choses sous des angles différents, et montré des photos remarquables de la Terre, prises depuis la Station spatiale internationale. Une série d’images montrait son équipe dans le cosmos en train de réparer un énorme panneau solaire déchiré, en le recousant littéralement avec des câbles en acier.

« Quand j’étais petite, à la ferme, mon père nous disait toujours qu’on pouvait réparer pratiquement n’importe quoi avec une paire de pinces et un rouleau de câble calibre 9, et c’est ce qu’on faisait là ! » souriait-elle.


L'astronaute américaine Peggy Wilson intervient à l'Université Hermès - FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny


Un élément clé de l’innovation chez Hermès, c’est bien sûr le savoir-faire artisanal, et la rencontre entre une paire de mains pleine de dextérité et un imaginaire fertile.

Remontant loin dans l’histoire, le paléoanthropologue Ian Tattersall a exposé le développement de la main, et l’articulation graduelle du pouce, grâce à des images de restes humains anciens. Avant d’expliquer comment, il y a environ 100 000 ans, les humains ont commencé à créer des images symboliques. En commençant par la découverte de la grotte de Blombos en Afrique du Sud, et de ses fresques d’art primitif : des motifs géométriques sur de la roche, datant d’il y a 77 000 ans, avant de passer aux œuvres préhistoriques du Paléolithique et aux représentations de chevaux. La maison Hermès a été fondée en 1837 par Thierry Hermès, sous forme d’atelier de bourrelier pour les chevaux du centre-ville parisien.


Esprit University pour cette journée thématique Hermès - Carol Sachs



La matinée s’est achevée avec Jony Ive et Pierre-Alexis Dumas, qui sont revenus sur leur collaboration autour de la première Apple Watch, qui inaugurait un nouveau type de partenariat avec une griffe de luxe pour la multinationale. Avec le fameux double bracelet en cuir Barenia, la montre a immédiatement rencontré un pépin technique, a expliqué Jony Ive. Les ingénieurs d’Apple se sont plaints car le double bracelet empêchait la montre d’être au contact du poignet, rendant impossible toute mesure du rythme cardiaque – élément clé de la conception de cet objet. C’est alors qu’une artisane de l’atelier Hermès à Paris a ajouté, de sa propre initiative, un mince rembourrage intérieur qui permettait au bracelet de se poser très légèrement en biais, et de laisser l’appareil mesurer le pouls.

« Les objets nous définissent autant que nous définissons les objets », a conclut Pierre-Alexis Dumas, avant de présider un formidable déjeuner, cuisiné par Daniela Soto-Innes, la cheffe mexicaine primée. L’innovation était le leitmotiv de ce repas – des carnitas de canard au ceviche de crabe et maïs, en passant par l’aguachile d’argousier. Une cuisine fusion latino somptueuse.


Carol Sachs



Le soir-même, Pierre-Alexis Dumas organisait également une fête dans le tout nouveau lieu sur quatre étages destiné à accueillir le futur magasin phare de la marque, un immeuble en brique rouge de style fédéral. Il est situé au coin sud-ouest de Madison Avenue et de la 63ème rue, et abritait auparavant la Bank of New York.

Le clou de la soirée était une démonstration éblouissante réalisée par une équipe d’une dizaine de talentueux artisans cinéastes, qui ont réalisé en live un film à effets spéciaux. Au moyen d’une dizaine de minuscules décors sur roues, ils ont projeté un court-métrage surréaliste à l’écran, nous embarquant pour un tour dans les Rocheuses enneigées, un Sud-Ouest élégiaque, des champs de coquelicots oniriques, des landes balayées par la tempête et un appartement de l’Upper East Side, le tout traversé par plusieurs paires de main qui pirouettaient gaiement. Le talent de l’artisan, toujours mis à l’honneur.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com