×
Publicités
Publié le
14 avr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hermès voit ses ventes bondir de 33% au premier trimestre

Publié le
14 avr. 2022

Tout comme LVMH, Hermès poursuit sa course au premier trimestre. Le chiffre d'affaire du groupe de luxe français s'élève à 2,76 milliards d'euros au 31 mars, soit une progression de 33% (+27% à taux de change constants) par rapport à la même période en 2021, malgré la guerre en Ukraine et les confinements en Chine. Un résultat meilleur qu'attendu puisque que, selon Factset et Bloomberg, les analystes tablaient respectivement sur des ventes à hauteur de 2,49 et 2,41 milliards d'euros.


Un look Hermès de la collection automne-hiver 2022/23 - © PixelFormula


"En dépit d'un contexte encore incertain, le groupe accélère ses investissements stratégiques, les recrutements et la formation pour accompagner la croissance de l'ensemble des métiers de la maison", affirme Axel Dumas, gérant d'Hermès, cité dans un communiqué publié jeudi. "À moyen terme, malgré les incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde, le groupe confirme un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux", précise la société.

Hermès a été le premier groupe de luxe à annoncer la fermeture de ses magasins en Russie début mars. Le sellier-maroquinier possède trois magasins à Moscou qui emploient 60 personnes. L'ouverture d'une quatrième boutique à Saint-Pétersbourg prévue en juin a été suspendue. "L'impact n'est pas significatif pour le groupe", a expliqué Éric du Halgouët, directeur des finances lors d'une conférence téléphonique, "les ventes en Russie représentent moins de 1% des ventes du groupe", qui n'avait aucune activité en Ukraine. Par ailleurs, Hermès "respecte parfaitement la législation et ne vend pas à la liste des oligarques " qui leur a été transmise, selon lui.

En Chine, la maison déclare avoir enregistré un début d'année "exceptionnel", selon Éric du Halgouët, jusqu'au mois de mars où ont été reconfinées certaines villes. Actuellement, le sellier, qui compte 26 points de vente dans le pays, a trois magasins fermés à Shanghai. L'entreprise, qui a rouvert en début d'année ses boutiques de Hong Kong et Macao, a été pénalisée aussi par les mesures sanitaires prises par les autorités à Shenyang. Elle se dit toutefois "confiante", et souligne avoir gagné de nouveaux clients en Chine, où elle a ouvert fin mars son premier magasin dans la province de Henan, à Zhengzhou.

Les ventes en Asie hors Japon, qui représentent à elles seules plus de la moitié des revenus du groupe, ont progressé de 19,8% à taux de change constants, à 1,44 milliard d'euros (+17,4% au Japon à 277 millions d'euros), bénéficiant "d'un très bon Nouvel An chinois et d'une activité soutenue dans l'ensemble de la zone, notamment en Thaïlande, à Singapour et en Australie", précise la société.

Ce premier trimestre a été soutenu aussi par la forte progression des ventes sur le continent américain (+44,2% à taux de change constants). Hermès évoque "une très belle dynamique aux États-Unis", avec la réouverture de son magasin de South Coast Plaza, rénové et agrandi, à Costa Mesa, près de Los Angeles.

La maison de luxe parisienne enregistre également sur les trois premiers mois de l'année une belle performance en Europe (+42,2%) à 541 millions d'euros, dont 214 millions ont été atteints dans l'Hexagone (+39,7% toujours à taux de change constants). Sur le Vieux Continent, l'entreprise bénéficie " de bases de comparaison favorables, réalisant une solide croissance, notamment au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Espagne", au-delà de la France.

Toutes les catégories de produits enregistrent des hausses à deux chiffres. Tandis que la maroquinerie-sellerie, métier phare d'Hermès, voit son chiffre d'affaires progresser de 15,8% entre janvier et mars, à 1,19 milliard d'euros, celui de l'horlogerie s'envole de 62% (+71,5% à données publiées), s'établissant à 134 millions d'euros. Les ventes des vêtements et accessoires grimpent pour leur part de 44,1% à 710 millions d'euros.

"Pour 2022, il est encore difficile d'évaluer les impacts du contexte sanitaire. le modèle artisanal fortement intégré, le réseau de distribution équilibré, la créativité de nos collections et la fidélité de notre clientèle nous permettent d'aborder l'avenir avec confiance", conclut Hermès.

(avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com