×
Publicités
Publié le
8 juin 2023
Temps de lecture
4 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

High passe aux mains de trois investisseurs italiens via la société Strava

Publié le
8 juin 2023

High ouvre un nouveau chapitre. Lancée en 2007 par Interfashion, l’ex-filiale du groupe italien Stefanel, la marque de prêt-à-porter féminine premium au style intemporel, à la fois sophistiqué et informel, vient d'être rachetée par des investisseurs regroupés au sein de la nouvelle société Strava. Cela devrait lui permettre d'accélérer son développement, en particulier à l’international où elle réalise 90% de son chiffre d’affaires et est parvenue à se faire un nom au fil des ans. 


La marque "everyday couture" a prévu d'importants investissements en 2023 - High


Historiquement, Interfashion, active depuis 1992, était en charge des licences du groupe Stefanel dont elle gérait la production et distribution. Outre Closed, G Gigli et I’M Isola Marras, la société a notamment accompagné le développement de Marithé+François Girbaud. C’est d’ailleurs avec la designer écossaise Claire Campbell, qui a travaillé pendant dix-sept ans pour l’emblématique marque de jeans française, qu’Interfashion a lancé High, abandonnant ses activités de licence pour se concentrer sur cette marque.

La créatrice a forgé l’identité "everyday couture" de High, dont elle a supervisé le style jusqu’en 2019. L’équipe de style interne, qui a travaillé à ses côtés, a repris le flambeau, tandis qu’interviennent aussi des consultants externes. La marque est notamment appréciée pour la qualité de ses créations, surtout en termes de finitions et détails techniques, avec un travail important sur les volumes et les matières.

Interfashion a été rachetée à 100% pour un montant, qui n’a pas été dévoilé, par Strava srl, société créée fin 2022, qui réunit trois investisseurs italiens : l’entrepreneur Giuseppe Stefanel, à travers sa holding financière Isidora, Giulio Corno, le fondateur et directeur général de Triboo Digitale, partenaire digital de High depuis 2012, et Alberto Vacchi, à la tête de la société financière Alva et du groupe IMA, spécialisé dans le packaging.
 
Pour rappel, à la suite des déboires financiers de l'entreprise Stefanel placée sous administration extraordinaire puis mise en vente en 2020, Interfashion, liée au groupe, a suivi le même parcours. Mais tandis que l’enseigne Stefanel a été rachetée par le groupe OVS en 2021, High a dû patienter jusqu’à aujourd’hui pour trouver un repreneur. Elle n’a jamais cessé toutefois de rester active et d’engendrer des bénéfices, précise l'équipe.

"Durant cette phase de trois ans, le management interne est toujours resté en place", nous explique le directeur général Alessandro Cavalieri, ex-directeur commercial d’Interfashion promu au poste de CEO en mars dernier. "Malgré les difficultés, l’entreprise a réussi à préserver ses activités en garantissant chaque année des bilans positifs. Avec le rachat par Strava, tous les emplois et le management ont été maintenus. Nous avons même renouvelé le loyer de notre showroom et bureaux milanais, soit un espace de 800 mètres carrés", souligne-t-il.
 

Un look de l'automne-hiver 2023/24 - High


L’entreprise, dont le siège est situé à Rimini, emploie 110 personnes. Elle prévoit pour 2023 un chiffre d’affaires en ligne avec les 26 millions d’euros réalisés en 2022, et elle compte accélérer sur les investissements. "L’objectif est de consolider notre présence à l’international, en partant de notre marché de référence, à savoir l’Europe, où nous voulons élargir notre présence avec des opérations retail ciblées dans les grandes villes. Nous allons relancer la marque du point de vue de la communication aussi, et plancher sur des projets spéciaux pour rajeunir la clientèle", indique Alessandro Cavalieri.
 
La marque est distribuée aujourd’hui à travers quelque 500 revendeurs dans le monde, et vingt boutiques, dont neuf en France (deux à Paris, Bordeaux, Cannes, Lyon, Lille, Toulouse, Nantes et Strasbourg), cinq en Allemagne et trois en Pologne. Elle est présente aussi en Chine, Australie, et aux Etats-Unis, marchés où elle souhaite se renforcer. Les deux tiers des ventes passent par le canal wholesale, un tiers par le retail et l’online, les ventes en ligne pesant 18% du chiffre d’affaires.
 
La production est à 40% made in Italy, le reste étant fabriqué en Chine, Inde, Portugal et Maroc. L’offre se décline à travers trois lignes. High, la première ligne, qui se positionne dans le segment plus haut de gamme ; High Use, qui est centrée sur des vêtements inspirés du monde du travail fabriqués dans des matières naturelles et faisant appel à des traitements très recherchés ; High Tech, qui offre des produits inspirés du monde sportif avec des tissus techniques très performants. A cela s’ajoute une sélection de modèles sans genre. Les pantalons et les robes constituent le gros des ventes avec des prix allant de 350 à 500 euros. Avec sa touche féminine et romantique, la marque propose un total look allant du prêt-à-porter aux accessoires, sacs et souliers.
 
"Ce rachat apporte une stabilité importante à la marque, ce qui lui a manqué jusqu’ici pour se développer. Cela va lui donner un nouvel élan, car elle va pouvoir investir et intervenir de manière plus efficace à l’international. En même temps, la continuité est assurée. High est une marque casual chic contemporaine de caractère, qui se distingue par un design original de haute qualité et beaucoup d’innovation en termes de tissus et traitements, elle a un grand potentiel", conclut Alessandro Cavalieri.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com