×
Publicités
Publié le
4 mai 2023
Temps de lecture
3 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hugo Boss améliore sa rentabilité sur le début 2023

Publié le
4 mai 2023

Hugo Boss flirte avec le milliard d'euros de ventes sur son premier trimestre. Le groupe allemand a vu ses ventes bondir de 25% par rapport à la même période un an plus tôt pour se fixer à 968 millions d'euros. Une montée en puissance portée par sa marque phare Boss, dont le chiffre d'affaires de l'homme atteint 746 millions de ventes, en hausse de 23%, et celui de femme progresse de 28%, à taux de change constant, à 67 millions d'euros. La belle performance est à mettre au crédit de sa marque Hugo, plus contemporaine, qui enregistre un bond de 31% à 155 millions d'euros. Surtout, le groupe améliore ses marges. Son bénéfice avant impôts et intérêts atteint sur le trimestre 65 millions d'euros, en hausse de 63%, avec une marge qui est passée de 5,2% à 6,7%. Le résultat net est, lui, passé de 26 à 38 millions d'euros.


HUGO BOSS


"Nous avons réalisé un excellent début d'année, en accélérant encore la dynamique de la marque dans le monde entier, avance dans un communiqué Daniel Grieder, le directeur général du groupe. Notre forte performance au premier trimestre nous rend d'autant plus confiants dans la poursuite de notre plan de développement 'Claim5'. En 2023, nous allons connaître une nouvelle année record et nous avons l'intention d'atteindre notre objectif à moyen terme de 4 milliards d'euros dès cette année, soit bien plus tôt que prévu".

Ce qui donne cette confiance au dirigeant du groupe, c'est la montée en puissance de ses activités dans le monde entier sur le trimestre. Même sur un marché malmené comme la France, le groupe avance une croissance de 17%, alors que son marché domestique progresse de 28%, tandis que la Grande-Bretagne reste stable. Le groupe précise que sur ces marchés clés, ses ventes ont progressé d'un tiers par rapport à la période pré-Covid.

Sur l'ensemble de la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique, ses ventes ont progressé de 21% à 609 millions d'euros. Sur la zone des Amériques, terre de conquête pour le groupe, ses ventes ont  bondi de 38% à taux de change constant à 195 millions d'euros, avec une hausse de 31% sur le seul marché étasunien.

En Asie-Pacifique, le groupe enregistre des ventes en hausse de 31% à 141 millions d'euros, avec des ventes en Chine en progression de 25%. 

Par canal de distribution, ses points de vente à l'enseigne restent, avec 472 magasins dans le monde entier, son principal point de contact commercial, pesant 485 millions d'euros, en croissance de 26%. La hausse est du même ordre au sein des revendeurs pour 282 millions engrangés. Les ventes en ligne, avec les sites en propre mais aussi les espaces sur les places de marché, progressent de 22% à 178 millions. Enfin, les licences restent stables à 23 millions d'euros.

Le groupe, qui a repositionné ces dernières saisons l'image et la proposition de produits des deux marques, souligne que ces progressions sont aussi le fruit de ses investissements marketing. Ceux-ci sont en hausse de 12% sur le trimestre dernier et représentent 90 millions d'euros. Un choix récompensé: ses investissement marketing sont passés sous la barre des 10% du chiffre d'affaires lors du dernier trimestre.

Pour l'ensemble de l'année, le groupe table donc sur une croissance d'environ 10% pour passer ce cap des 4 milliards d'euros de ventes. Il vise aussi beaucoup plus haut en termes de résultat, avec une hausse de son Ebit initialement envisagée entre 5% et 12%, et aujourd'hui annoncée entre 10% et 20%.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com