×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
15 févr. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Humberto Leon et Carol Lim (Opening Ceremony): "Aujourd'hui, on ne peut plus ignorer le e-commerce"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
15 févr. 2021

Si Opening Ceremony a dû fermer sa célèbre boutique de Soho au printemps dernier, la marque est bien vivante, comme le prouve la dernière collection de ses fondateurs — Carol Lim et Humberto Leon —, qui vient d'être lancée.

Les deux designers, qui vivent chacun sur une rive des États-Unis — lui à Los Angeles, elle à Brooklyn —, ont imaginé une collection cérébrale, qui fait référence à des matériaux dénichés chez eux pendant le confinement, notamment des morceaux de matelas, mais aussi à une collaboration artistique menée avec une entreprise de papier peint.


Carol Lim et Humberto Leon - Courtesy

 
Après sept années passées chez Kenzo en tant que directeurs de la création, où ils ont indéniablement réussi leur reconversion professionnelle (de revendeurs à designers), leur sens de la coupe, des formes et de la silhouette n'est plus à prouver. Travaillant à près de 4000 kilomètres de distance l'un de l'autre, les deux créateurs ont réussi à combiner les influences psychédéliques de la côte ouest et l'élégance branchée du centre-ville de New York.

Il s'agit de la deuxième collection créée par le duo depuis que le groupe italien New Guards Group — déjà propriétaire de la licence de Off/White et de Country of Milan, entre autres — a fait l'acquisition de Opening Ceremony. Ces derniers mois ont donc été chargés pour le duo, en particulier pour Humberto Leon, qui a également trouvé le temps d'ouvrir un restaurant familial à Los Angeles, entre deux créations de vêtements pour cet automne. 

Chez Kenzo et Opening Ceremony, les deux créateurs se sont progressivement affranchis du format traditionnel du défilé de mode, croisant leurs événements avec des films d'art, des spectacles de danse et de théâtre, de la scène du Lincoln Center au modernisme brutal d'une université parisienne. Cette saison, le duo n'a produit qu'un lookbook photographié en Italie, mais souhaite visiblement renouer avec la tradition du défilé de mode dès cet automne, si la situation sanitaire le permet.

Nous avons organisé un rendez-vous Zoom transatlantique et transcontinental avec Humberto Leon et Carol Lim, pour faire le point sur l'actualité de Opening Ceremony.

 
FashionNetwork.com: Comment ça se passe avec votre nouveau partenaire, New Guards?

Humberto Leon : Incroyablement bien. Les New Guards sont des sorciers de la production, ils savent vraiment prendre soin de leurs marques. Nos collections sont désormais fabriquées exclusivement en Italie, c'est bien.
 
FNW : Dans quelle région produisez-vous vos vêtements ?

Carol Lim : Près de Venise. Nous avons pu visiter nos usines en Italie quelque temps avant la pandémie, mais depuis le début de la crise nous n'avons pas pu y retourner ! La plupart de nos collections sont fabriquées à une demi-heure de Venise, dans une région magnifique où l'on produit de bons vins, ce qui nous plaît particulièrement !


Opening Ceremony Automne-Hiver 2021 - Opening Ceremony


FNW : Comment arrivez-vous à collaborer alors que vous n'habitez pas dans la même ville ?

CL : À vrai dire, c'est un nouveau processus en général, surtout dans la situation actuelle. Mais grâce aux technologies et au téléphone, on arrive toujours à se mettre rapidement sur la même longueur d'onde.

HL : D'une certaine manière, ce n'est pas si différent. Nous avons mis en place un processus très naturel. On s'envoie beaucoup de colis, pour choisir les tissus, définir les looks. Tout se déroule sans heurts. À l'époque de Kenzo, nous vivions à cheval sur plusieurs pays, on a donc de l'expérience dans ce domaine.

 
FNW : Où en est votre carrière dans le milieu du cinéma ?

HL : Eh bien... il se peut que je sois en train de négocier un nouveau projet. Avec Carol, nous avons toujours réfléchi à des manières différentes de montrer la mode, sans suivre les calendriers ou les méthodes classiques du secteur. Nos présentations ont souvent un rapport à la culture au sens large, parfois bien loin des podiums. Au final, de toute façon, tout le monde parlera des vêtements. Nous avons organisé des spectacles de danse bien avant l'émergence de cette tendance. Cette saison, nous avons fait une petite vidéo pour accompagner la collection, à destination principalement de nos partenaires et de la presse.

CL : Mais nous allons nous pencher à nouveau sur l'expérimentation. Nous ne nous sentons pas obligés de mettre en scène un événement, ça n'aurait pas de sens. Nous préférons plutôt adopter une approche humaniste.

 
FNW: Où avez-vous photographié votre lookbook ?

HL : À l'usine B&B Italia en Lombardie, qui collabore notamment avec Mario Bellini, dont le canapé "Camaleonda" a inspiré une partie de la collection.


Opening Ceremony Automne-Hiver 2021 - Opening Ceremony

 
FNW : D'ailleurs, quelle était l'inspiration de la collection ?

HL : Nous voulions parler de la période que nous traversons. Confinés dans nos maisons, nous avons utilisé tout ce qui nous tombait sous la main pour faire une collection. Notamment des draps-housses, qui nous ont permis de construire ces pièces en cuir à élastiques. Nous avons démonté des couettes pour les transformer en vestes...

CL : L'idée, c'était de donner une autre vocation, une autre apparence à ce qui nous entourait. Au sortir de la pandémie, nous avons bien l'intention de nous amuser — ces vêtements seront disponibles en boutique au mois de septembre.

HL : Notre motif "Heartwood" provient de l'entreprise d'impression de papiers peints Calico, qui travaille avec des gens comme Daniel Arsham ou Snarkitecture. Nous avons mené une collaboration artistique avec eux. Et nous avons travaillé avec l'illustrateur Bráulio Amado, qui collabore régulièrement avec Róisín Murphy, que nous adorons. Il nous a aidés à créer de nouveaux logos à partir de vieux matelas. 
 
FNW : Quand pourrons-nous déjeuner dans votre nouveau restaurant ?

HL : Vous pouvez déjà le faire. Il a ouvert il y a six semaines. Il s'appelle Chifa et se trouve à Eagle Rock, à Los Angeles. Voilà deux ans que je prépare son ouverture avec ma famille. Je pensais que je ne m'occuperais que de la décoration intérieure et des uniformes du personnel. Mais quand la pandémie est arrivée, j'étais à Los Angeles, alors j'ai fini par concevoir tout l'aménagement du restaurant. D'ailleurs, l'imprimé Calico Heartwood se retrouve sur le papier peint du restaurant.
 
FNW : Qu'est-il arrivé à votre boutique ?

CL : Nous avons fermé le magasin en mars de l'année dernière, mais à cause de Covid, nous n'avons pas pu célébrer cette belle aventure comme il se doit.

HL : Mais nous en discutons très régulièrement, et la vente au détail jouera un rôle dans notre prochain projet. Évidemment, aujourd'hui, on ne peut plus ignorer le e-commerce. Nous entamons un nouveau chapitre, sans jamais renier notre ADN.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com