×
Publicités
Publié le
28 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

IKKS adopte un outil collaboratif pour mieux contrôler ses approvisionnements

Publié le
28 avr. 2021

Alors que les déplacements internationaux sont restreints par la crise sanitaire, IKKS a décidé de faire appel à un outil interactif et participatif pour tenter d’instaurer une meilleure communication avec ses fournisseurs. Le groupe de mode français a pour cela fait appel à la plateforme qualité développée à Lille par l’entreprise Qima, spécialiste des contrôles qualité et audits en usine. Une application qui favoriserait le contrôle de l’approvisionnement (Chine, Inde, Vietnam) par le partage d’informations et de corrections à opérer entre la marque, l’usine, les inspecteurs qualité et prestataires.


Contrôle d'un produit - DR


Cette solution doit permettre à IKKS "de réaliser toutes nos opérations d’inspection sur une seule plateforme, de manière standardisée et centralisée. Nous en attendons des gains en productivité bien sûr. Mais aussi en qualité de la relation avec nos fournisseurs qui est au centre de notre stratégie RSE", estime Sylvain Bossé, responsable supply chain de la société au millier de points de vente répartis dans 40 pays. L’objectif est aussi de réduire les inefficacités opérationnelles.
 
Parmi les fonctionnalités de l’outil, qui se décline en application mobile? Une cartographie de la totalité de la chaîne d’approvisionnement de la marque, intégrant tous les acteurs (fabricants, sous-traitants, logisticiens) pour "contrôler les risques de sous-traitance sauvage", mais aussi la possibilité d’organiser des inspections automatisées, "avec l’option de réserver les inspecteurs Qima en un clic".


L'interface de QimaOne - DR


Reste à appréhender les progrès réels qu’apportera cette solution. Une chose est sûre, les consommateurs sont en demande de plus de transparence et la pression s’est accentuée sur les marques en ce qui concerne par exemple les droits des travailleurs. Difficile de leur apporter une réponse étayée quand ses fabricants sont nombreux et installés dans des pays lointains. 

Dans une enquête menée l’été dernier auprès de 200 marques et importateurs, la société Qima (dont le siège est basé à Hong Kong) a observé que "87% des sondés prévoient des changements significatifs dans leurs processus de gestion d’approvisionnement suite à la pandémie de COVID-19, et 2/3 mentionnent une accélération à venir de la digitalisation de leur supply chain".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com