×
Publicités
Publié le
17 juin 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Immobilier commercial: la France tient le coup selon BNP Paribas Real Estate

Publié le
17 juin 2013

Les études sur l'immobilier commercial en Europe se succèdent et toutes constatent le même phénomène. C’est ainsi le cas de la dernière en date publiée il y a quelques jours par BNP Paribas Real Estate. Cette société spécialisée en immobilier commercial constate "les effets néfastes des mesures d’austérité budgétaire sur les marchés des commerces en Europe de l’Ouest". Pour autant, toujours selon BNP Paribas Real Estate, il y a des variantes selon les pays.

Evidemment, et c’est à peine une information, l’Espagne et l’Italie sont particulièrement frappées, en raison d'un fort recul des ventes de détail sur un an dans ces pays de l’Europe du Sud. "On peut noter une baisse des loyers 'prime', notamment à Madrid, qui atteignent leur plus bas niveau depuis 2008, souligne le cabinet spécialisé. Les problèmes de financement continuent de peser sur les constructions de centres commerciaux. Peu de projets de grande envergure arrivent sur le marché et les livraisons prennent beaucoup de retard." Les freins surgissent aussi évidemment en matière d’investissement dans les deux pays avec des taux demandés à des niveaux très élevés.

Le futur centre Aéroville à Roissy qui ouvre cette année


La France, qui est traditionnellement à la jonction de l’Europe du Sud et de l’Europe du Nord, s’en tire plutôt mieux selon BNP Paribas Real Estate. D’abord, ce spécialiste de l’immobilier commercial relève que les ventes au détail se portent dans l’Hexagone mieux que dans d’autres pays européens. En tout cas, BNP Paribas Real Estate souligne que "la France reste un marché cible pour les enseignes internationales". Et de relever: "En 2012, ce sont surtout les enseignes de beauté et de bien-être qui ont dynamisé l’activité sur le marché". Le spécialiste indique dans son étude que les loyers prime se maintiennent à des niveaux record à Paris et restent orientés à la hausse dans les principales capitales régionales. Et de constater également que la construction de centres commerciaux reste particulièrement dynamique en faisant référence aux grands projets de la région parisienne que sont Aéroville, sur la zone de l’aéroport Charles de Gaulle à Roissy, Beaugrenelle dans le XVe arrondissement parisien et le projet Altarea à Villeneuve-la-Garenne.

BNP Paribas Real Estate souligne aussi le maintien d’un dynamisme en investissement en commerce tout en précisant que cette situation est surtout due à "quelques larges transactions sur le segment des pieds d’immeubles parisiens".

Le Royaume-Uni s'en sort aussi très bien. "Les enseignes locales et internationales restent très actives à Londres en ouvrant de nouveaux magasins ou des flagships", souligne BNP Paribas Real Estate. Le spécialiste évoque un loyer prime début 2013 à 10 244 euros le mètre carré! Toutefois, selon celui-ci, c’est plus dur en région. "Sur les marchés régionaux, les loyers tardent à retrouver leur niveau d‘avant crise", souligne l’étude.

Concernant les centres commerciaux, BNP Paribas Real Estate mentionne l’ouverture au Royaume-Uni du plus grand centre commercial en Europe de l’Ouest attendue cette année, Trinity Leeds, avec 93 000 m². Enfin, toujours outre-Manche, l’investissement en commerce s’est très bien comporté avec un volume de 8,5 milliards d’euros. BNP Paribas Real Estate relève même que le marché britannique a devancé sur ce sujet l’Allemagne sur l’ensemble des quatre derniers trimestres.

En Allemagne justement, sur le marché des investissements, le volume a ralenti de 12% en 2012 du fait d’une faible activité sur le segment des centres commerciaux prime. BNP Paribas Real Estate évoque ainsi une chute de 40% des investissements sur les six villes principales au premier trimestre en glissement annuel.

Pour autant, les ventes retail en Allemagne ont été en 2012, malgré le ralentissement économique, parmi les plus résistantes en Europe occidentale. "La compétition des enseignes pour les emplacements prime a soutenu la hausse des loyers qui a atteint 5% en moyenne en 2012", souligne l’étude.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com