×
Publicités
Publié le
25 oct. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Immobilier commercial: le Siec a attiré 4.200 participants

Publié le
25 oct. 2021

Le rendez-vous parisien de l'immobilier commercial s'est tenu les 20 et 21 octobre à la Porte de Versailles, pour la première fois depuis juin 2019. Un retour qui a naturellement donné lieu à des retrouvailles entre confrères des différentes foncières présentes. Le tout pour une édition au format réduit, mais porteuse d'optimisme pour la filière.  


Siec


L'édition 2019 du Siec avait rassemblé 143 exposants, et attiré 5.310 participants dont 2.044 représentants d'enseignes. Organisée par le Conseil national des centres commerciaux, la session de reprise de la semaine passée réunissait pour sa part 90 entreprises, et a attiré quelque 4.200 professionnels, parmi lesquels des enseignes venues s'enquérir des projets présentés par les promoteurs. Projets qui, comme avant-crise, tournent principalement autour de vastes campagnes de rénovation-extension de parcs parfois vieillissants.

"La crise a rappelé l'importance d'Internet, mais les gestionnaires de centres savent aussi qu'on a besoin du physique", confiait, au détour d'une conférence, à FashionNetwork la responsable réseau d'une enseigne française. "Mais ils gardent aussi en tête que pas mal d'enseignes se sont cassées la figure avec cette crise, et que celles qui restent doivent arbitrer et partir des sites qui ne rapportent pas assez."

Les fermetures administratives ont effet généré autour des loyers un bras de fer entre enseignes et promoteurs, au point que Bercy avait vainement tenté une médiation. Si ce bras de fer reste en mémoire chez les enseignes, les professionnels de l'immobilier préfèrent eux parler des lieux de commerce de demain. Et notamment les retail parks (ou parcs d'activité commerciale) vieillissants des entrées de villes, mais dont la transformation butte sur l'impossible "transférabilité" des mètres carrés, qui permettrait pourtant de déménager les commerces dans des espaces mieux pensés, tandis que les communes récupéreraient leurs anciennes terres artificialisées.

Internet est par ailleurs dans tous les esprits. Si le CNCC se défend de vouloir opposer les formes de commerces, il a néanmoins profité du salon pour présenter une étude comparative sur les impacts sociaux et environnementaux des centres commerciaux et de la vente en ligne. " Moderne, ce n’est pas rester devant son écran, commander des trucs livrés par des livreurs prolétarisés et qui sont pleins d’emballages en carton et en plastique, et qui repartiront car ils ne conviennent pas”, a pour l'occasion insisté le président du CNCC, Jacques Ehrmann. Il a par ailleurs indiqué continuer le combat pour l'équité fiscale entre commerce traditionnel et e-commerce.


Siec


"Pendant la crise sanitaire, notre filière a montré sa capacité de résilience, d’innovation et d’adaptabilité", souligne de son côté Gontran Thüring, délégué général du CNCC. "Le SIEC 21 a permis à la grande famille de l’immobilier commercial de se retrouver enfin en présentiel et d’imaginer ensemble le monde de demain. Un résultat dont nous sommes fiers et nous remercions chaleureusement tous les professionnels et les institutionnels qui ont participé à la réussite de cet événement".

Le Siec, à l'occasion duquel le CNCC a décerné ses trophées annuels, sera suivi du 20 novembre au 2 décembre par le Mapic, rendez-vous cannois de l'immobilier commercial organisé par Reed. Ce dernier, face à cette proximité de date inédite, met de son côté en avant la présence d'enseignes, d'acteurs du secteur des loisirs et de spécialistes de la restauration. De potentiels locataires pour espaces commerciaux qui ne représenteront pas moins de 50% de l'offre du salon.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com

Tags :
Salons