×
Publicités
Publié le
1 déc. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Immobilier commercial: zoom sur les projets présentés au Siec et au Mapic

Publié le
1 déc. 2021

Après vingt mois émaillés de fermetures obligatoires des commerces, sur fond de bras de fer entre bailleurs et locataires autour de la question des loyers, la crise sanitaire a fortement heurté le secteur de l'immobilier commercial. Au premier semestre 2021, les investissements ont chuté ainsi de 69% à 700 millions d'euros. Après le salon Siec à Paris les 20 et 21 octobre, c'est au rendez-vous cannois de la filière, le Mapic, de faire son retour du 30 novembre au 2 décembre. Deux rendez-vous qui montrent un retour aux grandes tendances d'avant-crise, avec le recul de l'habillement dans les mixes commerciaux au profit de la restauration et des loisirs, mais aussi la dominance des rénovations-extensions sur les réseaux existants, et enfin la multiplication des projets mixtes alliant commerces, bureaux et logements. FashionNetwork propose un tour de France des projets aujourd'hui mis en avant par les promoteurs et gestionnaires.


Le projet Neyrpic d'Apsys à Grenoble, dont la première pierre est posée ce 6 décembre 2021 - Apsys


Poursuivant sa stratégie de modernisation de son parc, Klépierre mène un grand projet de rénovation de Centre Deux, son centre commercial de Saint-Etienne (42), avec 60 enseignes sur 34.000 mètres carrés, qui est attendu à l’automne 2022. Se prépare également la rénovation-extension de Grand Place à Grenoble (38), opération qui portera son offre à 150 boutiques en 2023.

La foncière Hammerson poursuit de son côté le développement parisien d’Italie Deux qui, après Italik, va s’agrandir en ce mois de décembre avec le lancement du bâtiment Iconik, dont le foodcourt viendra compléter l’offre du centre commercial. Par ailleurs, le promoteur poursuit l’extension des 3 Fontaines à Cergy (95), qui proposera 72 nouvelles boutiques dès mars prochain.

Fort du succès commercial de son parc d’activité Steel à Saint-Etienne, Apsys pose de son côté ce 6 décembre la première pierre de son projet Neyrpic à Grenoble (38), qui transformera une ancienne usine en centre commercial ouvert de 50.000 mètres carrés, dont une moitié dédiée aux surfaces de vente.

En charge des galeries liées aux grandes surfaces Auchan, Nhood (ex-Ceetrus) travaille pour sa part activement à la transformation de son site AuShopping Grand Plaisir (78), dont les 73 boutiques vont se voir offrir un écrin repensé. Sans oublier AuShopping Porte des Alpes (69) et ses 53 boutiques qui connaissent également une modernisation.

Frey se concentre pour l’heure sur deux projets de surfaces commerciales: le centre commercial Open de Saint-Genis-Pouilly (01), près de Genève, accueillera 70 enseignes dès la fin 2023, alors que le Shopping Promenade Lleida, à l’ouest de Barcelone, est attendu au même semestre avec 90 enseignes annoncées.

La Compagnie de Phalsbourg poursuit de son côté la commercialisation du Central Parc Valvert, son retail park boisé de 62.000 mètres carrés à Sainte-Geneviève-des-Bois (91), tandis qu'à Madrid, les 90.000 mètres carrés de la zone commerciale Oasiz sont attendus pour ce mois de décembre.
 
Galimmo a quant à lui récemment déployé l’attendue modernisation de Shop’in Pacé, près de Rennes (35), qui connait un gain de 3.800 mètres carrés de surface. Menée par la foncière en charge des galeries liées à Cora, cette stratégie de modernisation de l’existant est également au cœur des travaux menés par Mercialys (Casino) et Carmila (Carrefour). Carmila qui développe par ailleurs des projets de mixité urbaine à Flins-Aubergenville (78), Nantes Beaujoire (44) et Sartrouville (78). 

L'importance de la mixité des projets



Des projets mixtes qui prennent sensiblement de l'importance. Comme ils l'ont bien compris, les promoteurs sont désormais regardés avec méfiance par les élus locaux, qui voient d'un mauvais œil la concurrence faite aux commerces de centres-villes, et les zones commerciales massives et souvent vieillissantes aux entrées de ville.

"La question est de savoir comment trouver des mécanismes de conversion, voire des primes à la conversion, pour transformer ces entrées de villes moches en de nouveaux espaces", résumait en octobre la vice-présidente du Conseil national des centres commerciaux, Marie Cheval (Carmila). Et c'est là qu'interviennent les projets mixtes, dont l'offre en termes de locaux d'entreprises et de logements aide à convaincre les pouvoirs publics.

C'est dans ce contexte qu'Unibail-Rodamco-Westfield poursuit ainsi l’un de ses plus ambitieux projets de transformation urbaine. A Paris, les Ateliers Gaîté sortent en effet de terre avec une centaine de commerces sur 35.000 mètres carrés, dans un ensemble de mixte situé à proximité de la gare Montparnasse.

Frey prépare de son côté pour 2022 le déploiement de l’écoquartier des Docks St-Ouen-sur-Seine, qui proposera 25.000 mètres carrés de commerces et logements. Redevco travaille pour sa part au projet mixte “31” de Lille, qui accueillera entre autres 2.400 mètres carrés de commerces rue de Béthune. Sans oublier Apsys et son grand projet bordelais reliant la gare Saint-Jean à la Garonne avec 67.000 mètres carrés de logements, commerces et bureaux.


Le projet d'écoquartier des Docks de Saint-Ouen-sur-Seine, attendu pour 2022 - Frey


Après l’inauguration de la nouvelle gare Montparnasse, Altarea poursuit le développement et la communication autour de ses projets mixtes de Bezons (95), Toulouse (31) et Issy-les-Moulineaux (92). Les Allées de Bezons Coeur de Ville compteront notamment 20.000 mètres carrés de commerces à la jonction des Hauts-de-Seine, des Yvelines et du Val-d’Oise. Le quartier Toulouse Aérospace (31) installera quant à lui une trentaine de commerces à 10 minutes du Capitole, tandis que le quartier Issy Coeur de Ville (92) proposera 17.270 mètres carrés de commerces sur une promenade arborée. 

Les villages de marques dans la tendance



Souvent à ciel ouvert, les outlets ont pu échapper à une partie des fermetures administratives des derniers mois. Leurs prix cassés sont par ailleurs rentrés en résonance avec une population surveillant de plus près ses dépenses. Tendance amenée à s'accentuer avec une inflation "difficile" et "compliquée à gérer" qu'anticipe le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. A l'avant-garde de la grande course des espaces commerciaux à plus de restauration et de loisirs, les outlets s'inscrivent aujourd'hui eux aussi dans la tendance de modernisation et extension de l'existant.

La Compagnie de Phalsbourg a ainsi lancé la phase trois du déploiement de The Village, inauguré en 2018, qui va porter à 130 enseignes l’offre outlet de Villefontaine (38). Advantail annonce de son côté la rénovation des 15 000 mètres carrés du Channel Outlet de Coquelles (62). Le réseau Marques Avenue poursuit quant à lui l’extension de son centre de marques d’Aubergenville (78), dont l'agrandissement à 13.600 mètres carrés prévu en 2020 avait été repoussé par la crise.


Le futur "Designer Outlet" d'Hautmont (59) - JMP Expansion


Mais le secteur n'est pas dénué de projets ex nihilo. Chez Neinver, qui a ouvert son outlet d’Amsterdam l’an passé, les quelque 20.400 mètres carrés de Alpes The Style Outlets de Bellegarde-sur-Valserine (01) sont en effet attendus pour 2023.

Le projet McArthurGlen Paris-Giverny à Douains (27) reste quant à lui attendu pour 2022, fort d’une centaine d’enseignes. Sans oublier le projet de le promoteur JMP Expansion à Hautmont (59), dont le Designer Outlet entend rassembler 130 boutiques à compter de 2023.

Selon Cushman&Wakefield, le parc français d'outlets totalisait 500.000 mètres carrés à la fin du premier semestre 2021. Il devrait en gagner 130.000 supplémentaires d'ici à 2025, en progression de 5%.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com