×
Publicités
Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
18 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Indice de transparence de la mode: OVS, H&M et Calzedonia salués, Jil Sander et Tom Ford à la traîne

Traduit par
Anne SCHILLING
Publié le
18 juil. 2022

La dernière édition du rapport de transparence de la mode de Fashion Revolution est parue, et si sa lecture est encourageante pour certaines marques, d'autres grands noms sont encore à la traîne.


Calzedonia


La septième édition de l'indice de transparence de la mode (Fashion Transparency Index) montre que les plus grandes marques de mode (250 ont été examinées) et les détaillants "doivent accroître leur transparence pour lutter contre la crise climatique et les inégalités sociales".

Cette année encore, l'enseigne italienne OVS a obtenu le meilleur score, avec 78%, à égalité avec Kmart Australia et Target Australia, qui ont augmenté leur score de 22 points de pourcentage par rapport à 2021. Ils sont talonnés par H&M, The North Face et Timberland, tous à égalité avec 66 %.

Les marques du groupe Calzedonia (Calzedonia, Intimissimi et Tezenis) sont celles qui ont le plus progressé cette année. Elles ont considérablement augmenté leur score à 54%, une amélioration significative par rapport aux 11% de l'année dernière.

Passons maintenant aux mauvaises nouvelles. Quelque 17 grandes marques "obtiennent une note lamentable de 0%". Parmi elles figurent Jil Sander, Fashion Nova, New Yorker, Max Mara, Semir, Tom Ford, Helian Home, Belle, Big Bazaar, Elie Tahari, Justfab, K-Way, KOOVs, Metersbonwe, Mexx, Splash et Youngor

En fait, 73 marques au total obtiennent un score compris entre 0 et 10%, ce qui représente près d'un tiers des plus grandes marques et détaillants au niveau mondial. 

"Il faut que nous assistions à un changement significatif au cours des 12 prochains mois si les marques sont sérieuses dans leur engagement pour lutter contre les inégalités mondiales et la crise climatique", a déclaré Fashion Revolution.

Concernant l'indice global cette fois, les marques ont obtenu un score moyen de seulement 24%. Cela s'explique par le fait que 85% des marques ne divulguent pas leurs volumes de production annuels, malgré les preuves accablantes d'un gaspillage croissant de vêtements à travers le monde.


Classement des marques par notes obtenues selon le mode d'évaluation de l'Index - Fashion Transparency Index 2022



Et 96% des grandes marques et des détaillants ne publient pas le nombre de travailleurs de leur chaîne d'approvisionnement qui touchent un salaire minimum.

Alors que les autorités du monde entier commencent à se montrer plus sévères à l'égard des allégations d'écoblanchiment, il apparaît également que si 45% des grandes marques publient des objectifs en termes de matériaux durables, 37% seulement fournissent des informations sur ce qui constitue un matériau durable. Et seulement 24% d'entre elles indiquent la façon dont elles minimisent l'impact des microfibres, alors que les textiles constituent la principale source de pollution aux microplastiques dans l'océan.

L'indice comprend également un avertissement à l'égard des marques qui "utilisent leurs canaux pour parler de justice sociale", affirmant qu'"elles doivent aller au-delà des belles paroles". Seulement 8% des marques publient leurs actions en matière d'égalité raciale et ethnique dans leurs chaînes d'approvisionnement".

Parmi les autres manquements dénoncés, 11% des marques seulement publient un code de conduite en matière d'achats responsables, ce qui indique que la plupart d'entre elles sont encore réticentes à révéler comment leurs pratiques d'achat peuvent affecter les fournisseurs et les travailleurs.

Et moins d'un tiers des grandes marques publient un objectif de décarbonisation couvrant l'ensemble de leur chaîne d'approvisionnement et vérifié par l'initiative Science-Based Targets (objectifs fondés sur la science).

Par ailleurs, seules 11% des marques publient les résultats des analyses des eaux usées de leurs fournisseurs, alors que l'industrie textile est l'un des principaux responsables de la pollution de l'eau.

Bien que tout cela ne semble pas très bien se présenter, Fashion Revolution a déclaré qu'elle était "encouragée par la transparence croissante de la chaîne d'approvisionnement chez de nombreuses grandes marques, principalement chez les fabricants de premier rang où se déroule la dernière étape de la production". Neuf marques ont ainsi divulgué les noms de leurs fabricants de premier rang pour la première fois cette année".


H&M est l'une des marques les mieux notées de l'indice


Et le groupe ajoute qu'il est "encourageant de constater des progrès significatifs dans tous les segments du marché, notamment le luxe, les vêtements de sport, les chaussures et les accessoires, et ce dans différentes régions du monde".

Carry Somers, cofondatrice et directrice des opérations mondiales, a déclaré: "En 2016, seules cinq grandes marques sur 40 (12,5%) ont divulgué les noms de leurs fournisseurs. Sept ans plus tard, ce sont 121 des 250 grandes marques (48 %) qui les révèlent. Cela démontre clairement que l'indice incite à la transparence, mais aussi que les marques sont réellement à l'écoute des millions de personnes dans le monde qui ne cessent de leur demander: #WhoMadeMyClothes ? (Qui a fabriqué mes vêtements ?) Notre pouvoir réside dans notre persévérance".

Mais la conclusion générale est que les progrès en matière de transparence dans l'industrie mondiale de la mode "demeurent encore trop lents parmi les 250 plus grandes marques et détaillants de mode du monde, les marques obtenant un score moyen global en hausse de 1% par rapport à l'année dernière."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com