Inditex enregistre une croissance de 3 % de son bénéfice net au premier semestre

Madrid, 12 septembre 2018 (AFP) - Le propriétaire de Zara, Inditex, a publié mercredi un bénéfice net au premier semestre en hausse de 3 % sur un an, à 1,4 milliard d'euros, soulignant la « solidité » du chiffre d'affaires et un effet positif des variations de change.


Pull & Bear collection automne 2018 - Pull & Bear

Le groupe espagnol fait nettement mieux que son principal concurrent, le suédois H&M, qui a vu son bénéfice net chuter de 21 % au deuxième trimestre, à 446 millions d'euros.

C'est également beaucoup mieux qu'attendu par les analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient en moyenne sur 740 millions.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 3 % sur un an et dépasse pour la première fois à cette période de l'année les 12 milliards d'euros, selon le groupe dirigé par Pablo Isla.

Les ventes en devises locales ont elles progressé de 8 %, attestant d'un effet positif des variations de change « malgré la force de l'euro », souligne Inditex.

Le climat ne semble pas avoir eu d'impact négatif : les ventes ont « progressé dans toutes les zones géographiques » et les collections d'automne et hiver ont été « bien reçues par (les) clients », avance le groupe, qui possède huit marques dont Zara, Bershka, Massimo Dutti.

Fort de ses 7 422 boutiques dans 96 marchés, parmi lesquels 49 bénéficient de la vente en ligne, Inditex se félicite de « l'actualisation permanente de son modèle intégré » de commerce.

Cette actualisation repose notamment sur l'ambition d'ouvrir plus de boutiques physiques « pleinement intégrées, pleinement éco-efficaces et pleinement digitales », à l'instar de sa nouvelle boutique avec section connectée en Italie ouverte la semaine dernière.

Le groupe rappelle aussi son objectif, annoncé début septembre, d'être présent en ligne dans le monde entier d'ici 2020.

Fondé en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, par Amancio Ortega, Inditex a basé sa réussite sur le modèle de « fast fashion » qui consiste à fabriquer 60 % de ses vêtements relativement près du siège, en Europe et au Maghreb, pour pouvoir mettre en rayon en quinze jours des pièces collant aux tendances de la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER