×

Inditex : sept chaînes et une stratégie à long terme

Publié le
today 13 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mettre en place une plateforme globale reste l'axe fondamental de la stratégie de croissance d'Inditex. En associant la croissance digitale avec de nouvelles surfaces commerciales de qualité dotées des dernières technologies, les lendemains qui chantent promis par le groupe de Galice devraient se confirmer. L'entreprise d'Amancio Ortega n'a pour l'instant pas à rougir de ses comptes : le chiffre d'affaires a augmenté de 7 % pour atteindre 12,820 milliards d'euros au cours des six premiers mois de l'année, marqués selon Pablo Isla par « le développement d'une stratégie à long terme ». Voici une analyse en profondeur de l'activité et des projets d'avenir des sept enseignes d'Inditex.


La chanteuse Billie Eilish signe une collaboration avec Bershka - Bershka


Stradivarius et Uterqüe, les locomotives
 
Stradivarius, spécialisée dans la mode jeune, et Uterqüe, sur le secteur plus haut de gamme, se positionnent comme les deux locomotives du groupe : ce sont en effet les deux seules marques qui affichent une croissance à deux chiffres. Le président d'Inditex a tenu à souligner « la forte croissance de Stradivarius ». L'enseigne a enregistré une hausse de 12,5 % de son chiffre d'affaires à 776 millions d'euros au premier semestre, marqué par l'ouverture de sa première boutique en Belgique et par la nomination de Javier Equirón à la direction financière.

Malgré sa place de petite dernière du groupe avec 52 millions d'euros de chiffre d'affaires « seulement », Uterqüe a connu une croissance de 13 % par rapport à la même période l'an dernier. Au cours des derniers mois, la griffe a présenté une collaboration avec la marque de maquillage américaine Bobbi Brown.
 
Pablo Isla a aussi souligné « l'optimisation de Bershka et Pull&Bear », deux chaînes qui ont respectivement enregistré des hausses de 3,3 % et 2,6 % de leur chiffre d'affaires, à 1,08 milliard d'euros et 873 millions d'euros. Les deux marques restent celles qui génèrent le plus de chiffre d'affaires après Zara. Pull&Bear fonctionne particulièrement bien en Europe et s'est offert deux implantations stratégiques, au Luxembourg et dans la rue d'Antibes à Cannes. Tout aussi stratégique, son partenariat avec le festival barcelonais Primavera Sound.

Massimo Dutti, qui arrive en quatrième position de la course au volume de ventes avec 844 millions d'euros (+ 4 %), a réussi un joli coup de promotion la semaine dernière avec son défilé exclusif, organisé dans son flagship de Barcelone sur le Paseo de Gracia. Oysho aussi a fait son entrée au Luxembourg et poursuit le développement de ses lignes de sport. Avant-dernière du groupe en termes de chiffre d'affaires, Oysho réalise tout de même des ventes de 301 millions d'euros en hausse de 3,8 %.

Zara toujours en tête de file
 

Le navire amiral du groupe paraît inébranlable. Avec une croissance de 7,3 %, les ventes de Zara ont atteint 8,895 milliards d'euros au premier semestre et représentent environ 69 % des ventes totales d'Inditex. À titre indicatif et sur la même période, le concurrent suédois H&M a réalisé 10,290 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

De plus, Inditex a révélé que la chaîne comptait souffler un petit coup de frais sur ses lignes secondaires, Zara Homme et Zara Kids. On ne connaît pas encore les détails de ces refontes, précédées du lancement du nouveau logo de Zara en début d'année.


Nouvelle image d'une boutique Zara Hombre - Inditex


Zara a présenté son offre en ligne sur 15 nouveaux marchés et est en train de préparer des lancements en Afrique du Sud, en Ukraine, en Colombie et aux Philippines. De son côté, l'intégration de Zara Home à la web de Zara commencera au Royaume-Uni le 17 septembre.

La chaîne va aussi ouvrir des boutiques stratégiques à Rome, Varsovie, Timisoara (Roumanie) et Pampelune. Deux macro-boutiques ont aussi ouvert leurs portes à Dubai Mall et dans la rue Preciados de Madrid.

Toutes les chaînes du groupe ont donc ouvert de nouveaux espaces clés sur 31 marchés au total. Mais les rénovations et les agrandissements n'ont pas été en reste, puisqu'ils concernent une centaine de boutiques. Inditex possède un total de 7 420 surfaces de vente dans 96 pays. Par région géographique, l'Europe (hors Espagne) reste le premier marché d'Inditex avec 44,4 % de ses ventes, suivie de l'Asie (24 %), l'Amérique (16 %) et l'Espagne (15,6 %).
 
Dans quoi investit Inditex ?
 
« Je veux souligner les investissements réalisés dans les boutiques, mais aussi dans la logistique et la technologie, qui sont des éléments-clés de la mise en œuvre de notre plateforme intégrée de boutiques et services en ligne à disposition du client », martelait Pablo Isla pendant la conférence avec les analystes, à laquelle participait pour la première fois le nouveau directeur général Carlos Crespo.


Projet des nouveaux studios de Zara.com à Arteixo (La Corogne) - Inditex


Selon l'entreprise, l'implantation de la technologie RFID est essentielle au développement d'un modèle intégré. Ce système est déjà complètement incorporé chez Zara, Massimo Dutti et Uterqüe, mais ne sera généralisé à toutes les chaînes qu'en 2020. Le développement digital est complété par la modernisation des installations et des centres logistiques du groupe. Les travaux de construction se poursuivent au nouveau bâtiment de production audiovisuelle de Zara.com à Arteixo (La Corogne), grâce à un investissement de 31,5 millions d'euros. En cours de construction également, le point de connexion logistique de Lelystad (Pays-Bas), une plateforme qui commencera à fonctionner partiellement dès ce semestre. De plus, l'entreprise a commencé des travaux pour renforcer la capacité technologique et de traitement des données du groupe à A Laracha (La Corogne).

Pour les prochains mois, les prévisions d'Inditex sont optimistes, dans l'attente d'une croissance des ventes comparables comprise entre 4 et 6 %. De plus, Pablo Isla a souligné le début encourageant de la saison automne/hiver. À propos de la guerre des réductions et de l'usage généralisé des promotions, le dirigeant a affirmé la volonté du groupe de se maintenir en marge. « La majeure partie de nos ventes est réalisée à plein tarif », a-t-il conclu. Pour connaître les prochains chiffres publiés par Inditex, il faudra attendre la présentation financière du troisième trimestre, prévue pour le 11 décembre prochain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com