×
2 742
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
28 févr. 2019
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ines de la Fressange se met au parfum

Publié le
28 févr. 2019

Une licence de plus pour Ines de la Fressange. La marque, rachetée en 2013 par des particuliers, le mannequin, l’homme d’affaires Fabrice Boé (son actuel PDG) ainsi que les fonds d’investissement Calao Finance et Luxury Fund, s’est associée à Maesa pour concevoir une série de parfums. Développés par les nez d’IFF (International Flavor & Fragrances), les premiers seront distribués en exclusivité dans une grande chaîne de parfumerie française à l’occasion de la fête des mères le 26 mai prochain.
 

Ines de la Fressange se met au parfum - Ines de la Fressange


Avec près de 16 pays, dans lesquels se répartissent 70 points de vente, la griffe Ines de la Fressange estimait en 2017 le chiffre d’affaires de l’ensemble de ses activités (ses produits, ses licences et ses collaborations) à 150 millions de dollars en valeur retail, un chiffre en légère progression en 2018, selon Fabrice Boé. Les ventes de la marque en elle-même sont quant à elles, d’après le PDG, en hausse d'au moins 10 % sur l’année.
 
Un résultat atteint grâce notamment à l’ouverture de nouveaux points de vente. Après un essai confirmé aux Galeries Lafayette toulousaines en 2018, la griffe s’est installée en février dernier sur 35 mètres carrés au troisième étage du grand magasin boulevard Haussmann à Paris. Quelques mois plus tôt, en septembre, une boutique a ouvert ses portes à Lyon. Pour la marque, il s’agit d'une deuxième adresse, après l’historique rue de Grenelle à Paris.

Inaugurée le 1er septembre au 4, cours Franklin-Roosevelt, dans le VIe arrondissement lyonnais, elle court sur une surface de 70 mètres carrés. Développée en affiliation par Stéphanie Vander Gucht, une ancienne notaire très admirative du mannequin, qui possède déjà une boutique Nice Things, elle remplace un magasin Phare de la Baleine. La clientèle, qui aime la personnalité d’Inès de la Fressange autant que sa marque, selon les dires de la directrice de boutique lyonnaise, est composée de femmes de 30 à 50 ans, éprises du prêt-à-porter follement chic du mannequin. Mais aussi de jeunes filles, fans du « petit bazar » (bougies, gadgets, accessoires…) que propose le magasin.
 
A l’étranger, où la marque effectue 50 % de son chiffre d’affaires, les prochaines ouvertures se feront au Japon, avec l’entrée d’Ines de la Fressange dans sept grands magasins Takashimaya. En Chine, où la griffe avait signé un accord l'an passé avec le site multimarque haut de gamme Meici.com, la donne a changé. C’est désormais Ai Shopping qui distribue le label en ligne en exclusivité et ce depuis septembre dernier.
 
Sur son site propre, la griffe enregistre une progression de 35 % ces trois derniers mois. Parmi les acheteurs, 55 % sont français. A l’étranger, ce sont les Belges, les Allemands, les Italiens, les Britanniques et les Américains qui consomment le plus. Depuis peu, Ines de la Fressange reçoit aussi des commandes d’Ukraine et de Russie, de quoi permettre à la marque de réaliser 15 % de son chiffre d’affaires en ligne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com