×
Publicités

Invista : un ingénieur chinois reconnait un vol d’information

Publié le
today 16 juil. 2014
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe textile à la tête de Lycra et Cordura indique avoir obtenu gain de cause dans un procès l’opposant à un ingénieur chinois. Dans le cadre d’un projet de licence chinoise d’Invista, ce dernier s’était approprié des informations sur les procédés techniques du groupe.

Vidéo promotionnelle d\'Invista


L’accusé s’était approprié des informations sur l’utilisation de l’acide téréphtalique purifié (PTA) pour la production de tissus intégrant du polyester.

Remercié par son employeur chinois, l’ingénieur aurait reconnu ses torts, et accepté toutes les conditions posées par Invista. Notamment l’engagement de ne plus jamais officier dans un secteur où les connaissances acquises auprès du groupe pourraient être utilisées.

"Invista s'engage à protéger les intérêts de ses clients et de leurs investissements dans les licences de technologie Invista", rappelle Mike Pickens, directeur général d’Invista Performance Technologies. "Nous allons continuer à prendre des mesures juridiques appropriées, si nécessaire, que ce soit en Chine ou ailleurs, pour assurer la protection de notre propriété intellectuelle et la valeur qu'elle apporte à nos clients".

Notamment à la tête des marques Lycra et Cordura, le groupe est actuellement présent dans une vingtaine de pays. Spécialiste des fibres et polymères, l’entreprise emploie 10 000 personnes pour ses différentes activités. Elle a rejoint la Sustainable Apparel Coalition en 2013, et a récemment déployé une nouvelle stratégie de marque et de promotion afin de séduire de nouvelles marques partenaires.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com