×
5 474
Fashion Jobs
Publicités

Iris Van Herpen entre la terre et le ciel

Publié le
today 21 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors que l’an dernier Iris Van Herpen observait la terre vue du ciel à travers le regard d’un oiseau en vol, elle change cette fois-ci de point de vue en levant son regard vers le ciel. Ce thème se développe au gré des inspirations recueillies dans les hautes sphères, des nuages évanescents aux couleurs nocturnes, pour aboutir à une collection printemps-été 2019 à la fois intense et délicate qui a été présentée lundi au Musée des Beaux-Arts de Paris.


Iris Van Herpen,printemps-été 2019 - DR


Pour confectionner sa garde-robe, la créatrice néerlandaise, adepte de l'impression en 3D et de matières nouvelles, est partie notamment de cartographies célestes du 17ème siècle avec leurs représentations mythologiques et astrologiques.

Ainsi, les vêtements sont construits à partir de multistrates en soie aux teintes dégradées et aux contours ondulants coupées aux laser. Elles se superposent les unes sur les autres, tels les reliefs dessinés sur les cartes géographiques, prenant forme sur les courbes féminines dans des robes sculpture mouvantes.

« Nous avons examiné l’évolution de la forme humaine, son idéalisation dans le temps et l’hybridation des formes féminines dans la mythologie », explique la styliste, qui a voulu « explorer le sens plus profond de l'identité et la façon dont elle peut devenir immatérielle et mutuelle au sein de la fusion actuelle de nos corps numériques ».


Iris Van Herpen, printemps-été 2019 - DR


Dans des rouges vifs virant à l’orangé, passant par la couleur chair pour arriver au mauve sombre, ces robes mille-feuilles ou pétales explosent en fleur autour du corps ou le revêtent d’un plumage d’oiseau mythologique. Suivant la même technique, d’autres robes en relief, cette fois en soie blanche aux contours comme dessinés à l'encre, semblent des nuages stylisés, d’où nous observe, en douce, une paire d'yeux noirs.

D’autres robes sont conçues à partir des images de nuages aquatiques colorés réalisées par l’artiste Kim Keever. Ces dernières sont imprimées sur des strates impalpables d’organza translucides superposées en nébuleuses impressions multidimensionnelles, dont les contours non finis floutent le corps, donnant vie à de longues robes vaporeuses aux couleurs du ciel.  
 

Iris Van Herpen, printemps-été 2019 - DR


Ailleurs, Iris Van Herpen utilise les plissés pour déployer les ailes de ses poétiques robes-papillon ou robes-oiseau dans des teintes bleu nuit ou dans les dégradés de l’aurore.

Avec son final féerique, obtenu grâce à une lumière laser, qui a plongé la salle dans un rêve numérique composé de nuages ​​en mouvement, tandis que les mannequins éclairés par le bas évoluaient comme des lucioles étincelantes, le show a déchaîné les applaudissements.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com