×
7 442
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Isko célèbre les dix ans de son jegging et regarde vers le futur

Publié le
today 18 déc. 2018
Temps de lecture
access_time 5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Dans le secteur du textile, rares sont les produits à se forger un nom auprès du consommateur final. Le plus souvent, c’est une qualité, comme l’isolation ou l’élasticité, qui permet à une innovation de sortir de l’anonymat. Il y a dix ans, Isko créait la marque déposée Jeggings pour ses produits extensibles à l’apparence denim.

Durant sa soirée de célébration du jegging, la marque a présenté les différentes utlisations de la matière - ISKO


Un nom fort et un produit répondant aux attentes : le géant turc, propriété du conglomérat Sanko, réalise la bonne pioche.

« Cela fait dix ans qu’Isko a inventé le jeggings et le nom est maintenant connu quasiment partout. C’est comme un nom commun. Il est dans le dictionnaire anglais. Isko est arrivé avec le power stretch, qui a beaucoup apporté. Cela a révolutionné le marché. A cette époque, c’était très intriguant. Et maintenant, pour moi, c’est devenu un basique, explique à l'occasion d'un événement de la marque la directrice marketing de la marque, Rosey Cortazzi, qui oeuvrait dans des marques denim au lancement du jegging. Je pense que cela a apporté une sensation de porté vraiment spéciale, qui est toujours d’actualité aujourd’hui. Ce n’est pas juste mode. C’est quelque chose que tout le monde a dans sa garde-robe aujourd’hui. La première fois que j’ai découvert le jegging, je travaillais dans une marque et je ne voyais pas comment exploiter cette matière, comment réalisé mes modèles… il fallait faire avec le stretch. Car c’était la première fois que je voyais une matière 30 % stretch. C’est devenu normal et utilisé pour tellement de choses différentes maintenant. »

Devenu un best-seller, le jegging a permis à Isko de s’affirmer comme un acteur incontournable du denim mondial. La firme a ainsi célébré mercredi dernier, dans un lieu privatisé sur les docks d’Amsterdam, les 10 ans de son produit star. Les différentes utilisations et itérations du jegging lors de la dernière décennie ont été représentées via une dizaine de tableaux, de la version jeans délavé au produit athleisure, en passant par les rendus les plus chics pour les soirées et le travail.
Les développements du jegging, couplés aux nombreux autres produits d’Isko, ont permis à la société dirigée par Fatih Konukoğlu de progresser sur un marché global du denim en expansion. L’entreprise a notamment récemment augmenté ses capacités de production de 250 à 300 millions de mètres par an. Et doit ouvrir un nouveau centre de distribution en Turquie en mars.

Le développement du jegging a aussi eu lieu en parallèle d’une stratégie de marque mise sur pied au début de la décennie par Isko. A l’instar de fournisseurs de membranes et de matériaux, Isko vise à s’établir comme un label reconnu par les marques, mais aussi par le client final. « Nous sommes comme le chocolat dans le gâteau au chocolat. Notre ambition est d’être le meilleur élément de la recette et d’être reconnus comme tel par le client et les marques », glisse Fabio Di Liberto, le directeur de marque, au cours de la soirée amsterdamoise.

Il reste du chemin à Isko pour obtenir le degré de notoriété visé, mais l’entreprise, dont la maison mère revendique un chiffre d’affaires annuel au-delà des deux milliards d’euros, se positionne en acteur fort de l’innovation dans le denim avec ses 10 brevets et sa centaine de marques déposés, ainsi qu'une trentaine de chercheurs dans son équipe.

« Ce sont des scientifiques, avec des biologistes, des chimistes, etc. Nous les appelons les hommes en manteau blanc ! Ils travaillent sur les prochaines innovations. Nous avons une centaine de brevets en attente et énormément de choses dans le pipeline qui vont arriver dans les prochaines années », précise la directrice marketing.


ISKO


Isko a notamment travaillé en profondeur sur le volet responsable. La société a mis en avant ces différentes démarches et les labels responsables, décernés par des organismes tiers, qu’elle a décrochés comme les Nordic Swan Ecolabel et EU Ecolabel pour sa ligne Earth Fit, mais aussi l’adhésion aux principes de la fondation ZDHC, qui visent à supprimer l’utilisation d’une liste de produits chimiques dans l’industrie textile. Bien entendu, la fin de vie des toiles contenant des mélanges de matières reste une question, mais Isko met aussi en avant sa capacité à donner l’empreinte carbone de chacun de ses 25 000 produits.

La société turque revendique là une vision à long terme. « Ce n’est pas juste un engagement sur notre site Web, précise Rosey Cortazzi. Cela signifie que nos clients peuvent choisir l’option la plus responsable en s’appuyant sur les informations avant d’acheter les matières. Nous avons créé ces EPD (Environmental Product Declarations) et c’est quelque chose que nous pouvons partager avec tout le secteur et qui permet à l’ensemble de l’industrie de progresser. Les marques et les clients demandent cela. Ce que nous voyons, c’est que les générations Y et Z sont prêtes à rejeter des marques qui ne démontrent pas réellement qu’elles ont des démarches citoyennes. Je pense que les marques sont prêtes à payer le prix pour cette offre car nous voyons vraiment grandir la taille de cette collection. »

Un propos qu’Isko commence à étendre au-delà du denim. Avec sa ligne Arquas, qui vit sa cinquième saison, la société turque cible les marques d’outdoor, de sport et d’athleisure. De nouveaux clients dont Isko a appris à cerner les attentes en se rendant sur les Performances Days de Munich ou le salon américain Outdoor Retailer. Isko promet même la révélation d’une nouveauté pour le prochain salon Ispo.

Avec ces déploiements, quelle place reste-t-il pour le jegging ? « Nous ne faisons jamais de collection sans jeggings, dément la directrice marketing. Dans nos collections, nous avons bien sûr des matières adaptées pour des silhouettes loose et silhouettes larges. J’entends que certains annoncent la fin du skinny. Mais c’est faux. Il est toujours présent. Si vous regarder les chiffres, le skinny est toujours la silhouette la plus vendue. Pas seulement chez la femme, mais aussi dans les lignes homme. Le skinny est loin de disparaître ».

Le produit phare d’Isko dispose donc encore de quelque belles années devant lui.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com