×
5 786
Fashion Jobs
Publicités

Issey Miyake invente le prêt-à-modeler

Publié le
today 28 sept. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Des cols qui se gonflent et s’envolent autour du cou, des coins de jupes qui s’entortillent en spirale, des nœuds qui croissent sur une épaule, des tops qui froncent, un sac qui s’enfile sur la tête pour se transformer en tricorne… Issey Miyake invente l’habit-sculpture pour une mode ludique « prêt-à-modeler », selon l’envie du moment.


Issey Miyake - Spring-Summer2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


La marque japonaise a dévoilé vendredi lors de son défilé pour le printemps-été 2019 une nouvelle matière innovante, le « Dough Dough », qui semble promise à un bel avenir dans nos sociétés en perpétuel mouvement. Ce tissu est fabriqué en polyéthylène sans être traité à la vapeur, ce qui lui permet de garder toute sa souplesse. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce coton avec un effet de soie brillant ne contient aucun fil de fer !
 
« C’est comme de la pâte à modeler. Après m’être concentré pendant cinq ans sur des matières très techniques, comme le Steam Stretch, je voulais retrouver cette sensation du toucher et du travail manuel qui a disparu dans notre monde technologique. Cela donne une liberté totale à qui endosse le vêtement, lui offrant la possibilité de créer la forme qu’il souhaite », explique à FashionNetwork.com le directeur artistique Yoshiyuki Miyamae, aux commandes du style depuis 2011.

Les jupes et les tops aux coupes basiques, tels de simples carrés plats, prennent forme une fois endossés sur le corps de la femme, qui peut les froisser, malaxer, plier, étirer à sa guise, de ses propres mains. Le styliste a ainsi proposé une série de robes, jupes et petits hauts monochromes plaqués simplement sur des bretelles, dont les formes changeaient selon les mannequins.
 

Yoshiyuki Miyamae modèle un chapeau avec le Dough Dough - FashionNetwork.com ph Dominique Muret


« Pour l’instant, les accessoires offrent plus de possibilités, comme les chapeaux et les sacs, car on peut vraiment obtenir toutes les formes que l’on désire, en rabattant ou soulevant un bord par exemple », précise le designer, qui souhaite poursuivre ses explorations autour de cette nouvelle matière dans ses collections futures. « J’aimerais développer ce même type de matière malléable dans des cuirs et autres tissus », conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com