×
5 085
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
22 avr. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Italie : l'industrie de la mode fait front commun

Publié le
22 avr. 2016

Le made in Italy parie plus que jamais sur une stratégie commune pour attirer les acheteurs du monde entier dans la Péninsule. Mais le parcours est encore semé d’embuches. Notamment après le départ de Carlo Calenda, l’ex-vice-ministre au Développement économique, qui a été nommé en mars dernier représentant de l’Italie à Bruxelles.

Dolce & Gabbana, automne/hiver 2016-17 - © PixelFormula


L’homme a donné un important coup d’accélérateur à la promotion du textile et de la mode italienne dans le monde. Il a notamment institué début 2016 un Comité pour la mode, réunissant les représentants de tous les organes et les associations de la mode et des accessoires transalpins, afin de faire jouer davantage les synergies.

Il a par ailleurs octroyé au secteur 20 millions d’euros dans le cadre d’un programme extraordinaire de promotion du made in Italy pour 2016 et 2017.

Ce 28 avril, le Comité de la mode se réunit à nouveau à Rome et devrait être présidé par Ivan Scalfarotto, le successeur de Carlo Calenda au ministère du Développement économique. Sur la table des discussions, deux projets.

Le premier concerne une initiative à court terme. « Nous allons organiser un événement significatif rassemblant tout le système italien de la mode durant la prochaine Fashion Week de Milan en septembre », dévoile Claudio Marenzi, président de SMI, l’organisation patronale réunissant les industriels de la mode et du textile transalpins.

« L’autre grand thème abordé sera celui du calendrier de nos principaux salons. L’objectif est de travailler sur un rapprochement de leurs dates afin d’acquérir un certain poids face aux acheteurs. Jusqu’à présent, nous nous sommes adaptés à leurs exigences. Nous devons changer de points de vue et agir ensemble, afin d'être en position de force », souligne-t-il.

Mais, comme le rappelle Claudio Marenzi, la filière du textile-habillement est composée en Italie de 47 000 entreprises, réalisant un chiffre d’affaires autour de 52 milliards d’euros, régies par huit grandes associations patronales. Difficile dans ce contexte de mettre tout le monde d’accord.

A cela s’ajoute l’incertitude qui domine les prochains calendriers de la mode avec tous les changements en cours. « Il faudra comprendre aussi si les salons souhaitent se positionner durant les semaines de la mode, qui constituent un grand moment de communication, ou s’ils préfèrent anticiper les Fashion Weeks, comme semble le demander le marché », analyse le président de SMI.

Autre souhait enfin de la part des industriels transalpins : réussir à réunir toutes leurs entreprises sous l’égide d’une seule et même confédération.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com