×
Publicités
Publié le
21 mai 2015
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jean-Marc Pontroué (CEO de Roger Dubuis): "Apple va amener les gens à porter à nouveau des montres"

Publié le
21 mai 2015

En vingt ans, Roger Dubuis, qui a été racheté en 2008 par le groupe de luxe suisse Richemont, a su tirer son épingle du jeu sur le marché de la haute horlogerie, se distinguant par son image décalée grâce à son approche horlogère innovante et la très haute qualité de ses montres à 100 % estampillées du Poinçon de Genève.

Roger Dubuis aujourd’hui, ce sont trois lignes emblématiques (Excalibur, Hommage, Velvet) avec une production entre 4 000 et 5 000 montres par an, vendues à un prix moyen autour de 50 000 euros et distribuées à travers 160 revendeurs multimarques exclusifs via des corners et shops in shops ainsi que dans 23 boutiques en nom propre dans le monde. Le chiffre d’affaires, qui n’est pas communiqué, est estimé autour de 115 millions d’euros.

Arrivé en 2011 à la tête de la maison créée en 1995 par l’horloger Roger Dubuis en partenariat avec Carlos Dias, Jean-Marc Pontroué raconte cette aventure à FashionMag Premium et donne sa vision du marché aujourd’hui.

Jean-Marc Pontroué, Ceo de Roger Dubuis


FashionMag.com : Roger Dubuis fête ses 20 ans en 2015. Quelles sont les clés de votre succès ?

Jean-Marc Pontroué :
Nous sommes un label jeune, plus tout à fait un enfant, plutôt un adolescent. En 20 ans, nous sommes parvenus à nous imposer au sein du traditionnel univers de la haute horlogerie en nous différenciant grâce à notre design et notre image décalée, tout en offrant un contenu technique hyper sophistiqué, où tout est absolument réalisé en interne dans notre manufacture de Genève. Notre mot d’ordre, c’est l’audace. Nous ne voulons pas être un label comme les autres. Les montres Roger Dubuis, on aime ou on n’aime pas. Il n’y a pas de demi-mesure !

FM : Vous avez beaucoup investi sur l’image notamment ?

JMP :
Nous ne voulons surtout pas nous banaliser. Pour captiver l’attention du client et l’amener à connaître et apprécier notre produit, la communication et l’image sont primordiales. Nous sommes l’une des rares maisons à avoir un directeur artistique, Alvaro Maggini, qui s’occupe de l’image Roger Dubuis à 360 degrés. Cela va de la réalisation de stands spectaculaires sur les salons, jusqu’aux films sur le Web.

FM : Quels sont vos principaux marchés et où souhaitez-vous vous étendre ?

JMP :
Nos premiers marchés sont, dans l’ordre, Hong Kong, la Suisse, les Etats-Unis, le Japon et Macao. La stratégie consiste à investir sur l’Europe, où ont reflué désormais les riches clients chinois. En France, où nous sommes distribués dans huit multimarques, nous entrons par exemple en août avec un shop in shop de 10 m² aux Galeries Lafayette. Mais nous avons aussi la volonté d’avoir une clientèle locale. Par exemple, avec des implantations aux Etats-Unis. Nous ouvrons sous peu trois boutiques à New York, Los Angeles et Miami.

FM : Comment va évoluer le marché chinois selon vous ?

JMP :
Il y a encore de l’instabilité et il est difficile de faire des prévisions. La plupart de la clientèle chinoise, qui a freiné ses achats de luxe en raison des mesures anti-corruption, nous la récupérons en Europe. Nous sommes une marque complètement atypique, car nous n’étions pas en Chine il y a encore cinq ans. Aujourd’hui, nous y comptons cinq boutiques et allons en ouvrir deux autres à Hong Kong et Macao. Nous estimons que ce marché a un potentiel phénoménal.

FM : C’est-à-dire ?

JMP :
On a affaire à des consommateurs beaucoup plus sophistiqués que par le passé. Les Chinois ont une vraie connaissance du luxe et il y a une clientèle avec une forte aspiration pour le haut de gamme. Par exemple, le mouvement est l’élément majeur qui les intéresse dans l’achat d’une montre ! N’étant pas une marque logo, Roger Dubuis correspond exactement à ce que cherchent les Chinois aujourd’hui : une marque de niche, pour connaisseurs et happy few qui aiment à se reconnaître entre eux.

Le modèle ‘Hommage Répétition Minutes Tourbillon Automatique’ pour les 20 ans de Roger Dubuis


FM : Comment voyez-vous la montre connectée d’Apple ?

JMP :
C’est une très bonne chose, qui secoue le marché et crée de la concurrence sur un segment, qui n’existait pas avant. Cela va amener aussi les gens à porter à nouveau des montres, alors que 50 % de la population n’en porte pas. Du point de vue de la distribution, Apple c'est aussi un concurrent qui ouvre désormais des magasins dans les rues les plus prestigieuses…

FM : Qu’avez-vous prévu pour célébrer votre 20ème anniversaire ?

JMP :
Nous lançons comme pièce anniversaire une édition limitée de 20 exemplaires de « Hommage Répétition Minutes Tourbillon Automatique », qui concentre tous les éléments clés de la montre Roger Dubuis. Elle sera proposée à l’occasion de 20 dîners avec nos clients top dans 20 villes différentes.

Nous allons lancer aussi « Rareties » un programme de personnalisation, qui permettra à nos clients de se faire confectionner des montres sur-mesure, du design au mouvement. Aujourd’hui, 100 % des Rolls-Royce et 80 % des Ferrari sont personnalisées. Nous croyons en ce concept de luxe hyper exclusif. Ce service de sur-mesure sera disponible au premier étage de notre boutique de Genève, située place de la Fusterie, que nous allons rouvrir dans quelques mois avec une surface passant de 70 à 170 m². Le concept sera ensuite appliqué à d’autres boutiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com