Jeune Premier fait du cartable un accessoire de mode

Le 3 septembre prochain, 12 millions d’élèves feront leur rentrée, une rentrée qui selon le baromètre "Approuvé par les familles" (un label qui repose sur 5 000 familles testeuses) coûtera 492 euros par enfant, dont en moyenne 43 euros pour l’achat d’un cartable. Ce dernier, la marque belge Jeune Premier le pense depuis ses débuts en 2012 comme un véritable accessoire de mode. Une pièce qui tour à tour s’orne de rabats ciselés comme des ailes d’oiseaux ou d’écussons façon université américaine. Vendus en moyenne 100 euros, ces cartables en cuir sont aujourd’hui disponibles dans près de 350 points, dont certains grands magasins Galeries Lafayette et Le Bon Marché à Paris. 


Un cartable signé Jeune Premier - DR

Jeune Premier, qui réalise un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros, ambitionne de monter davantage en gamme.  « Pour la rentrée de 2019, nous allons apporter quelques changements plus haut de gamme, plus ergonomiques... En termes de design, la collection va aussi s'étoffer. La marque et la collection ont grandi et gagné en maturité et nous voulons devenir "la" marque de référence en scolaire, explique Hélène Fransen, qui a fondé Jeune Premier aux côtés de son mari Bruno Piers. L'objectif de cette montée en gamme est également de conquérir encore un peu plus la clientèle asiatique, qui a un vrai œil exigeant sur la qualité, la beauté, le détail des finitions », précise Hélène Fransen.
 
Et pour s'ancrer davantage en Asie, qui représente déjà 40 % de ses ventes, Jeune Premier participera du 25 au 27 juillet prochain au salon professionnel CMBE de Shanghai. Un rendez-vous dédié à l'univers de l'enfant qui fédère près de 4 300 marques. La griffe participe également régulièrement aux salons parisiens Playtime et Maison & Objet.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresLuxe - AccessoiresBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER