×
Publicités
Publié le
19 sept. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jil Sander, minimaliste et sophistiqué

Publié le
19 sept. 2018

Ambiance quasi tropicale chez Jil Sander, qui a choisi de défiler mercredi dans une fabrique désaffectée de panettones, où la végétation s’incruste ici et là entre les carreaux en terre cuite brisés au sol. Austère, mais intéressante dans la recherche des formes et des matières, la collection de la marque allemande s’insérait parfaitement dans cet espace vide aux murs couverts de salpêtre, où retentissait le chuintement des oiseaux et filtrait le soleil à travers la verrière délabrée du toit.

Lors du défilé Jil Sander printemps-été 2019 - Pixel Formula


Pour le printemps/été 2019, le couple créatif formé par les stylistes Lucie et Luke Meier a poursuivi le travail introspectif au sein de la marque amorcé depuis un an, pour en actualiser l’esprit par petites touches. La collection reste ainsi très graphique, suivant le filon minimaliste qui caractérise Jil Sander, tout en multipliant les pistes en termes de constructions, de matières, de formes et de poids.

La palette est sobre, allant de nombreux total looks blancs ou noirs à des tonalités naturelles (écru, amende, chocolat). Les couleurs arrivent en fait avec une série de pièces en maille s’étirant tout en longueur sur le corps via de grands gilets et des maxi-jupes qui apportent un souffle de douceur dans une garde-robe aux silhouettes par ailleurs plus abruptes. Les créateurs se sont en effet inspirés de l’uniforme pour développer un vestiaire très masculin-féminin.

Les pantalons amples ont la part belle, associés à des tuniques aux formes géométriques, de longueurs variées, ou à de larges vestes-chemises, dans des costumes monochromes XL. Ces mêmes tuniques larges s’enfilent sur des jupettes plissées. La garde-robe s’enrichit ensuite de pièces transparentes dans des tissus impalpables à superposer les unes sur les autres, de longues robes au crochet, de pull-overs lâches aux dessins abstraits… Pour une offre très ample. Peut-être trop.

Luke et Lucie Meier mettent par ailleurs l’accent sur les accessoires cette saison, valorisant l’artisanat italien, avec un grand travail de recherche sur les sacs (minuscules ou plus grands affublés d’une bandoulière accrochée sur un côté et d’une anse de l’autre) et sur les souliers.

Certains modèles devraient notamment ravir les fashionistas, telles cette réinterprétation des sandales geta japonaises avec une très haute semelle compensée ou ces bottines plates lacées tout en cuir rappelant les chaussons de danse, dotées d’un anneau encerclant la cheville. Autre accessoire original, des bas opaques remontant jusqu’aux cuisses et couvrant les chaussures, ne laissant à l’air libre que les orteils.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com