×
Publicités
Publié le
23 janv. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

JK Iguatemi, le nouveau temple du luxe au Brésil

Publié le
23 janv. 2013

Avec 17 shopping-malls (dont 5 en cours de construction) répartis dans 9 villes brésiliennes, le groupe Iguatemi fait aujourd’hui office de leader dans le développement des shopping-centers du luxe et de la mode au Brésil. Après avoir créé le premier centre commercial en 1966 à Sao Paulo, Iguatemi poursuit son expansion avec un nouveau centre baptisé JK, du nom de l’ancien président brésilien, Juscelino Kubitschek. Le concept: réunir sur une surface de 60 000 m² et 4 étages, plus de 200 boutiques de luxe, d’enseignes de prêt-à-porter, magasins spécialisés dans la high-tech ou la beauté et restaurants.

Un des nouveaux fleurons de Sao Paulo

Installé dans le nouveau quartier d’Olympia, centre financier de la ville, tout proche du Parque do Povo, parc et centre multisport de Sao Paulo, le JK Iguatemi est devenu en quelques mois l’un des nouveaux fleurons du shopping en ville. "Sao Paulo étant en partie saturée par le trafic, explique Kelly Cordes, la directrice de la communication du groupe, JK Iguatemi apparaît comme un centre de divertissement, où l’on vient en voiture, et où l’on passe une partie de la journée ou de la soirée. Comme le dit Carlos Jereissati Filho, le président d’Iguatemi, le shopping et le divertissement à Sao Paulo, c’est un peu l’équivalent des plages à Rio. Et tout le monde s’y presse". Alors, pour divertir les 20 000 personnes passant chaque jour au JK (7,2 millions de clients prévus à l’année), il a fallu voir les choses en grand.

Après Burberry, Christian Louboutin, Hugo Boss, Gucci, Prada, Lacoste ou Bottega Veneta, une dizaine de marques telles que Coach, Dolce & Gabbana, Goyard, Lanvin, Tod’s ou Miu-Miu, ont choisi le JK de Sao Paulo pour ouvrir leur première boutique en Amérique Latine. Chanel, déjà présente dans le pays, y est installée. Au total près d’une quarantaine de marques internationales de luxe (y compris la joaillerie). "Et toutes les marques en profitent pour proposer autre chose à leurs clients, explique Kelly Cordes. De l’agencement des boutiques, souvent inédit à l’image de Burberry et de son étage réservé aux enfants, aux services particuliers, Goyard offre par exemple un atelier de customisation, l’idée est bien d’innover".

Un centre commercial à l'allure de grand hôtel

Si le luxe occupe tout le premier étage du mall, les grandes enseignes de prêt-à-porter ont, elles, trouvé leur place aux niveaux supérieurs.

Après Zara, déjà présente au Brésil, c’est la marque britannique Topshop qui vient de faire son entrée au JK en ouvrant sa première boutique en Amérique Latine. En moins grand nombre, les marques brésiliennes comme Sergio K, Daslu, Osklen, Noir, Bobo ou John John s’offrent une vitrine formidable en figurant à côté des marques internationales les plus prestigieuses.

Et pour satisfaire la riche clientèle brésilienne accroc au shopping - on compterait 20 000 millionnaires en dollars dans le seul Etat de Sao Paulo -, tout a été prévu. Du Lounge One, - un espace réservé aux clients VIP ; ceux capables de dépenser plus de 5 000 reals brésiliens en 3 mois (environ 2 000 euros) ; avec salle de réunion, personal shopper et porteur de shopping-bags à disposition, au service de conciergerie et de nursery, tout a été conçu selon les standards de l’hôtellerie de luxe. D’autres divertissements, comme le Cinépolis, un cinéma avec salles en 4D, et salon VIP avec larges fauteuils et service à la carte, terrasse, auditorium, restaurants et salons de thé (La Durée entre autres) complètent l’offre du JK Iguatemi.

Surveillé en permanence par une horde de policiers, offrant une surface gigantesque de vente et un design sublime pour habiller les différents étages, le JK Iguatami fait aujourd’hui figure de nouvelle vitrine du luxe à Sao Paulo. Une ville où se concentrent aujourd’hui 75% des ventes de luxe au Brésil, et qui risque, avec un taux de croissance estimé à 35% dans les prochaines années, de voir se multiplier ce type de concept.

Alexis Chenu

*IFOP, 2010

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com