Josie Natori veut de nouveau séduire la France

Lancée il y a 42 ans à New York, la marque Natori, lancée par Josie Cruz Natori, prévoit de revenir en France. La griffe, qui présentait ses collections au sein de sa propre adresse place Vendôme jusqu’en 1998, voudrait à nouveau séduire le marché hexagonal en installant ses pièces de lingerie et de prêt-à-porter haut de gamme dans les boutiques multimarques de luxe et les grands magasins. Pour y parvenir, la créatrice dévoilait ses dernières créations dans son appartement parisien du VIIIe arrondissement.
 
Josie Natori repart à la conquête de la France - Josie Natori

« J’aime beaucoup le style, la façon de vivre français. C’est le centre de la mode, les femmes y ont une sensibilité unique, elles aiment la qualité et l’art », explique l’entrepreneure américano-philippine.

Si au départ c’est la marque de lingerie de jour Natori (prix moyen 150 dollars) qui fait connaître l’entreprise, la griffe dispose désormais de trois autres gammes : Josie Natori, la plus chère, qui propose des pièces brodées d’exception, And Natori, et Josie, la plus jeune (dont les prix moyens se situent autour de 100 dollars). Natori se diversifie aussi avec du prêt-à-porter, des accessoires et a au fil des ans développé une série de licences pour les sous-vêtements, les serviettes, les collants et les tapis, respectivement avec Dana-co, JLA Home, Infinity Classics et Kalaty.
 
Le chiffre d’affaires de Natori revendiqué par l’entreprise est de 250 millions d’euros (la fortune personnelle de Josie Cruz Natori s’élève quant à elle à 150 millions d’euros en 2018, selon Forbes, ce qui en fait la 43e personne la plus riche des Philippines) et serait pour moitié effectué par ses licences. La marque, qui produit dans ses propres usines philippines une grande majorité de ses produits, compte 600 points de vente dans le monde et 80 % de ses ventes effectuées en Amérique du Nord.
 
La créatrice Josie Natori - Instagram @natoricompany

Avec son fils, Kenneth Natori, qui a endossé le rôle de président de l’entreprise en 2016, elle a décidé de fermer sa boutique new-yorkaise de Nolita fin 2018 pour se concentrer sur la vente sur Internet et les distributeurs. Bloomingdale’s, Neiman Marcus, Saks, Nordstrom, Dillard’s outre-Atlantique, mais aussi Harrod’s à Londres, ou encore El Corte Inglés en Espagne proposent déjà les collections de la marque. Son site Internet, lancé en 2008, enregistre quant à lui 12 % du chiffre d’affaires. En comptant les e-retailers, les ventes montent à 30 % du total.
 
« Nous y enregistrons une croissance de 25 % en 2018. Nous nous concentrons beaucoup sur ce canal de vente, dans lequel nous investissons et construisons notre marketing, que ce soit sur l’e-shop ou sur les réseaux sociaux, où nous travaillons avec des influenceurs », confie Josie Cruz Natori.
 
La marque est aussi disponible sur des plateformes de location comme Rent The Runway, où les pièces de prêt-à-porter bénéficient, d’après l’analyse de Josie Natori, de l’essor d’Instagram et de ces personnes qui ne louent les vêtements que pour se prendre en photo dedans avant de les poster sur le réseau social.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

LingerieBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER