×
Publié le
21 sept. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Karma Koma a des ambitions pour son réseau de boutiques

Publié le
21 sept. 2018

L'aventure Karma Koma se poursuit et même s'intensifie. La griffe qui a un pied en Corse, où est basé le studio, et l'autre à Bali, où elle a son atelier de production, est en train de quadriller la France avec ses ouvertures de points de vente et pourrait élargir son terrain de jeu à l'international prochainement.


L'intérieur de la nouvelle boutique parisienne rue Tholozé - Karma Koma


Lancée par Laurence Appietto Raffaelli il y a une douzaine d'années, la marque milieu de gamme accélère nettement ces dernières saisons, avec un cap franchi en 2016 en s'ouvrant au réseau multimarque qui totalise désormais une centaine de revendeurs, tout en continuant en parallèle son expansion à l'enseigne. « Nous nous attelons maintenant à développer un vrai réseau de boutiques », témoigne la fondatrice et directrice artistique. Et de lister les dernières ouvertures intervenues dans l'année : Saint-Rémy-de-Provence, Juan-les-Pins, Bordeaux, via un pop-up store concluant qui laissera bientôt la place à une adresse pérenne rue du Pas-Saint-Georges, et aussi Paris.

Dans la capitale, Karma Koma vient en effet de choisir le quartier Abbesses pour s'implanter en propre, au 6 rue Tholozé (XVIIIème arrondissement). Une surface d'une trentaine de mètres carrés au tout dernier concept inaugurée le 11 septembre dernier, qui prend la suite d'une précédente boutique parisienne fermée il y a quelques mois, rue de la Verrerie dans le Marais.

S'il s'agit à Paris d'un déménagement, le nombre de boutiques de la marque qui revendique pour points forts ses dos nus et ses unis aux teintes intenses est bel et bien en augmentation. Elles sont ainsi passées de neuf à seize depuis l'an dernier, grâce à un développement mixte entre succursales et partenariats. Et la griffe corse ne compte pas s'arrêter là : elle songe à exposer sur le prochain Salon de la franchise en vue de trouver de nouveaux partenaires, et cherche elle-même de nouveaux ports d'attache, dans le Sud-Ouest de la France notamment et à Lyon, mais aussi en Belgique où Laurence Appietto Raffaelli compte ouvrir ses premières boutiques à l'international.


Collection automne-hiver 2018/19 - Karma Koma


Outre-Quiévrain, c'est le succès en multimarques de ses fameuses robes identitaires qui lui font nourrir des ambitions retail. La Belgique pourrait être suivie par des projets italiens ou suisses, puisque ce sont les deux autres pays latins qui ont accueilli les collections avec le plus d'enthousiasme. La griffe expose d'ailleurs pour la première fois sur le prochain salon White de Milan, à partir du 21 septembre, pour partir à la rencontre de ses clients transalpins.

Avec ces développements importants, Karma Koma a également élargi son territoire de produits. Si elle s'est fait connaître par ses robes d'été fluides à la fois confortables et élégantes, elle a depuis développé un vestiaire complet, y compris pour l'hiver, mais aussi la maroquinerie, la chaussure, le bijou, une ligne premium et même décliné ses iconiques pour la petite fille. « En fait, aujourd'hui, nous arrivons exactement à un moment où tout s'exprime naturellement et tout entre en correspondance. On a le sentiment qu'on a réussi à transcrire notre art de vivre bien à nous et à trouver notre public », conclut Laurence Appietto Raffaelli.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com