Kent & Curwen explore les bas-fonds londoniens de l'entre-deux-guerres

David Beckham a-t-il le pouvoir de transformer tout ce qu'il touche en or ? On pourrait le penser après avoir assisté ce dimanche matin au dernier défilé londonien de Kent & Curwen, dans la plus pure tradition du style britannique.
 

Kent & Curwen - automne-hiver 2019-20 - Londres - Photo: Gorunway.com

Difficile d'imaginer une marque plus surveillée à Londres que Kent & Curwen, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de 150 millions de dollars et compte quelque 200 points de vente dans le monde. Sans compter l'influence de Daniel Kearns, un créateur irlandais de grand talent, qui a fait voyager la vénérable maison avec une collection astucieuse et stylée, cette fois sur le thème de Peaky Blinders, une série télévisée culte outre-Manche, récompensée par l'Académie britannique des arts de la télévision et du cinéma (BAFTA) et dont l'intrigue est centrée sur la famille Shelby, composée de gangsters irlandais au moment de la Grande Dépression de l'entre-deux-guerres à Birmingham.

« Il est important pour nous que la marque conserve son authenticité. Et je suis un vrai fan de Peaky Blinders. c'est là que réside l'authenticité de la collection : c'est ce que je porte au quotidien. Quand les producteurs de la série ont accepté que nous nous inspirions d'elle, nous étions fiers et très excités. Nous disposons d'un héritage unique, qui s'étend de 1926 à aujourd'hui, mis en valeur par un directeur artistique incroyable et une grande équipe autour de lui », s'enthousiasme David Beckham en répondant à FashionNetwork.com après le défilé.
 
Daniel Kearns a réussi à donner une belle tournure au vestiaire emblématique des personnages de Peaky Blinders - chemises rayées sans col, gilets, pantalons ajustés et pardessus en laine comme les aiment les membres de la famille Shelby. Le créateur irlandais a peaufiné sa proposition avec des sweat-shirts effet tweed, ornés de logos K&C composés de photos décolorées de roses en noir et blanc, et des bottines lacées remises au goût du jour.

Daniel Kearns s'est inspiré d'une photographie ancienne du fondateur, Eric Kent, un fier militaire qui, à son retour de la Première Guerre Mondiale - comme les personnages de Peaky Blinders -, a décidé de fonder une marque d'uniformes et de vêtements de sport.
 
« Nous ne possédons pas d'archives énormes, alors j'ai voulu prendre cette image et l'extrapoler pour en faire quelque chose de contemporain. Eric Kent et Tommy Shelby auraient très bien pu se rencontrer à l'époque ; peut-être même aurait-il habillé la famille Shelby. Sans les chaussettes rouges que nous adorons », plaisante Daniel Kearns, qui est né à Dublin.

En plus de ses tailleurs sévères et audacieux, ce dernier a fait défiler des blazers de cricket rayés surdimensionnés et une merveilleuse redingote ; des pulls de laine torsadés ; des cabans kaki ; et des duffle-coats à gros boutons, une nouvelle tendance qui commence à se répandre.
 
Pour les occasions plus sportives, des blousons de jockey en patchwork à motif « Argyle » en daim et laine ; ou des doudounes, toujours rayées pour rappeler les vêtements de cricket.

Le créateur fait aussi remarquer que sur Internet, de nombreux fans de la marque posent avec les mêmes casquettes plates que celles portées dans la série télévisée - qui lui ont d'ailleurs donné son nom : « peaky blinders » (« aveugleurs à visières » en VF) renvoie à la légende selon laquelle ces gangsters garnissaient l'avant de leurs casquettes de lames de rasoirs.


Kent & Curwen - Automne-hiver 2019-20 - Londres - Photo: Gorunway.com

Mis en scène entre des tables de petit-déjeuner, devant David, Victoria et Brooklyn Beckham, et sa nouvelle petite amie Hana Cross, Laura Bailey et le célèbre chef Gordon Ramsay, le défilé et la collection elle-même marquaient une étape importante pour Kent & Curwen - l'élargissement de son positionnement, d'une marque de sweat-shirts à logos à une véritable garde-robe pour hommes, tailleurs compris. Et selon Ray Clacher, vice-président exécutif, cette nouvelle proposition arrivera progressivement dans le réseau de distribution de la marque en Asie, composé de quelque 130 magasins.

Tout comme le chef de bande Tommy Shelby finit par s'offrir une imposante maison de campagne dans la série, Kent & Curwen a changé d'emplacement pour le défilé, passant de Covent Garden à une magnifique demeure gothique sur la Tamise.

Il se trouve que la maison en question a été construite par la famille Astor, dont le premier membre illustre, John Jacob Astor, avait fait fortune en s'emparant du monopole du commerce de la peau de castor dans le nord-ouest de l'Amérique, au 19e siècle. Eh bien, comme Kent & Curwen l'a clairement montré aujourd'hui, le prêt-à-porter masculin pourrait bien aussi être une mine d'or pour qui saura s'en saisir.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER