Kenzo : de brillants adieux et Solange pour donner la sérénade

On a tiré le rideau sur le règne de Carol Lim et Humberto Leon chez Kenzo avec un défilé massif présenté ce dimanche à Paris... ou plutôt, on l’a levé !
 

Voir le défilé
Kenzo - printemps-été 2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula

Quelque 5 000 personnes se sont entassées à Bercy, la salle de concert où U2 et autres Bruce Springsteen viennent se produire. D’un côté, 500 rédacteurs de mode et acheteurs, avant qu’un rideau véritablement gigantesque orné de navires de guerre et de formations rocheuses ne soit soudain remonté au plafond pour révéler le reste du public assis en face. Un moment qui a provoqué un énorme effet waouh collectif !

Carol Lim et Humberto Leon ont peut-être la réputation de créer des défilés plus stimulants que leurs collections, mais après tout, il y a pire. En l’occurrence, leur dernière collection était une déclaration de mode extrêmement pointue : une façon opportune de rappeler que que quand il s’agit de sentir la tendance, peu de leurs collègues créateurs les surpassent.

Pour les hommes, on ne pouvait qu’apprécier les tenues sportswear color block très cool, en mélanges de coton, jersey et tissus technique, associées à des baskets de rafting assorties. Ou encore les pantalons de rizières en ikat, ou les vestes urbaines judogi.

Un défilé en deux parties, dont la deuxième section était exclusivement consacrée aux femmes, avec de nouvelles cuissardes chics en satin souple et en néoprène. Vues avec des shorts cargo masculins et des tops techniques décolletés en fibres métalliques, ou encore des hauts flamenco à froufrous coquins. Et dans une saison de perles, des centaines étaient rebrodées sur de multiples looks, inspirés par les Amas, des plongeurs japonais en eaux profondes.

Pour le soir, quelques supers lionnes intellectuelles – avec des robes garçonne incrustées de perles portées par des mannequins parés d’extensions de cheveux d’1,50 m.


Voir le défilé
Kenzo - printemps-été 2020 - Menswear - Paris - © PixelFormula

Le tout porté par une brillante performance solo de Solange, ensuite rejointe par un ensemble de cuivres de 11 membres, d’excellents et passionnés musiciens de jazz.

« Cela a été un moment formidable et qui sait, nous reviendrons peut-être plus tôt que vous ne le croyez », a souri Humberto Leon, qui va rentrer à New York pour se concentrer sur leur célèbre chaîne de boutiques, Opening Ceremony. Ce qui ressemble à un superbe troisième acte.

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER