×
Publié le
28 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kering: Gucci ralentit, Saint Laurent explose au premier semestre

Publié le
28 juil. 2022

Kering a publié des résultats semestriels plus que satisfaisants avec des profits records. Le groupe de luxe a dégagé un bénéfice net de 1,988 milliard d'euros (+34%) et un chiffre d’affaires de 9,93 milliards d'euros (+23%). Il s’est notamment réjouit des très bonnes performances de ses "petites" marques, Saint Laurent en tête, alors que sa locomotive Gucci, qui génère la moitié de ses ventes, continue de sous-performer sur les six premiers mois de l’année.


La nouvelle campagne pour le Gucci Attache photographiée par Max Siedentopf - Gucci

 
La marque phare du groupe a été fortement pénalisée par les restrictions sanitaires et les problèmes de logistique en Chine, où elle est très exposée -elle y réalise selon les analystes près de 35% de ses ventes. Elle a atteint 5,17 milliards d’euros au 30 juin avec une progression de 15% en données publiées, mais seulement de 8% en comparable. La hausse a été aussi de 8% sur son réseau retail, correspondant à 91% des ventes totales. Ce ralentissement s’est notamment produit au deuxième trimestre avec une croissance en comparable de 4% (après une bond de 13,4% au premier trimestre), et de seulement 2% dans le canal de la vente directe, alors que les ventes en gros ont bondi de 21% sur la même période.
 
Comme l’a rappelé le directeur financier Jean-Marc Duplaix lors d’une téléconférence avec les analystes, entre avril et mai, 30% des boutiques du groupe en Chine sont restées fermées, ce qui s’est traduit par un recul des ventes de 30 à 35% sur ce trimestre dans ce pays. Nommé en avril dernier chez Gucci à la tête du marché chinois, Laurent Cathala est désormais pleinement opérationnel sur place.

Gucci a pu compenser la baisse en Chine avec la croissance des ventes dans son réseau en propre en Europe de l’Ouest, au Japon et en Amérique du Nord, tandis que "les tendances ont par ailleurs été très dynamiques en Asie du sud-est", observe Kering dans son communiqué.
 
La maison a continué par ailleurs d’élever le niveau de son offre, avec davantage de produits très haut de gamme et de maroquinerie, ainsi que de son image en multipliant les initiatives envers ses clients. Mais il s’agit d’une stratégie sur le long terme et l’augmentation des investissements, notamment marketing, ainsi que la baisse des ventes en Chine ont impacté la marge opérationnelle courante de Gucci, qui s’établit à 36,5% contre 37,8% au premier semestre 2021.
 

Saint Laurent, automne-hiver 2022/23 - © PixelFormula


Les autres maisons du groupe ont redonné le sourire au management. Saint Laurent en tête, avec un chiffre d'affaires de 1,48 milliard d'euros (+42% en données publiées, +34% en comparable) et une marge opérationnelle, qui "bat un record pour un premier semestre", à 29,6%, en hausse de 3,3 points par rapport à la même période de l'année précédente. Autant dire que la marque confirme son potentiel et devrait parvenir à atteindre à moyen terme 5 milliards d'euros, tel que le souhaite le groupe de François-Henri Pinault.

Les ventes au détail du 2e trimestre se sont envolées de 35% en comparable (+40% en données publiées) grâce aux clients locaux d’Europe de l’ouest, où le chiffre d’affaires de la marque parisienne, encore peu présente en Chine, a plus que doublé. L'Amérique du nord et le Japon ont livré d’excellents résultats, l’Asie est restée stable, tandis que toutes les catégories de produits ont progressé de plus de 30%, selon le groupe. Le réseau wholesale, entré dans une phase de rationalisation, progresse de 10% en comparable grâce à un niveau de commandes très élevé.
 
Bottega Veneta, en pleine phase de relance, continue de satisfaire le groupe avec un chiffre d’affaires de 834 millions d’euros (+18% en données publiées, +13% en comparable). Sur le semestre, son résultat opérationnel courant s’établit à 168 millions d’euros et la marge opérationnelle courante progresse nettement pour retrouver un niveau de 20%, précise Kering. Le repositionnement dans un très haut de gamme intemporel "fashion" et désirable porte ses fruits. Même si la rationalisation de son réseau de revendeurs a affecté les ventes en gros avec une chute de 15% de ses ventes wholesale au deuxième trimestre.
 
Les autres maisons, dont Balenciaga et Alexander McQueen, voient leur chiffre d’affaires effleurer les 2 milliards (1,955 milliard) s’envolant de 32% au 30 juin (+29% en comparable). "Balenciaga comme Alexander McQueen poursuivent leur trajectoire de très forte croissance. Brioni confirme la vigueur de son rebond", note Kering.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com