×
Publicités

Koché impulse une nouvelle énergie à Emilio Pucci

Publié le
20 févr. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pour son retour sur les podiums, après trois ans d’absence, Emilio Pucci a frappé fort, sous la baguette malicieuse de Christelle Kocher. Privée de directeur artistique depuis 2017, à la suite du départ de Massimo Giorgetti, la griffe amorce cette saison une nouvelle stratégie en s’appuyant sur des designers externes pour réinterpréter ses archives. Elle a confié la première collaboration à la styliste française, qui a injecté à haute dose son streetwear couture dans l’univers chic et un brin frivole de la maison florentine.
 

Emilio Pucci - Fall-Winter2020 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


L’événement était certainement l’un des plus courus de la semaine. Même s’il ne figurait que dans le programme des présentations, les plus hautes instances de la mode italienne avaient fait le déplacement, du président de la Camera della Moda (CNMI), Carlo Capasa, au patron du Pitti Uomo, Raffaello Napoleone, tandis que l’on notait aussi au premier rang Sydney Toledano, le PDG de LVMH Fashion Group, le pôle de marques du groupe de luxe, comprenant notamment Loewe, Celine, Marc Jacobs et, donc, Emilio Pucci.
 
La révolution Koché se faisait sentir dès l’entrée de la petite église désacralisée de San Paolo Converso, où se tenait le défilé. Deux stands accueillaient le public, qui pouvait se faire personnaliser un tee-shirt de la collection, ainsi qu’un mur d’écrans vidéo et d’hologrammes, et une installation avec un masque de réalité virtuelle permettant de découvrir certains looks en 3D et en avant première.

Un accueil original pour bien souligner l’entrée d’Emilio Pucci dans une nouvelle ère. Les chansons du rappeur américain Lil Uzi Vert font le reste, accompagnant idéalement ce show énergétique, qui oscille entre rave et soirée jet-set. Signe du changement, pour la première fois des modèles masculins accompagnent la femme Pucci sur le podium. Autre première : le jean fait son apparition dans la garde-robe de la maison.
 
Les mannequins font le tour de la salle à vive allure, poursuivant leur chemin en grimpant en spirale autour d’une structure à différents étages, ce qui crée un mouvement perpétuel sur la scène. Se succèdent des dark ladies en gants glamour et lunettes noires, le collier de perles blanches se balançant jusqu’au nombril, des dames chics en mini-robe et petit manteau de laine orange, des sportives en survêtements luisants ou brodés de dentelles et de perles, de jeunes filles dans des tenues fluides, des robes tee-shirts et autres polos oversized portés avec des jupes mi-longues fendues ou des bermudas en soie.
 
La styliste a puisé dans les archives de la maison certains imprimés, motifs et tissus, qu’elle mélange avec brio tout en modernisant le vestiaire Pucci à travers une palette sombre illuminée de quelques teintes vives. On retrouve ainsi le foulard en soie emblématique de la griffe, porté en fichu, noué à la cuisse tel un porte-jarretelle, en bandoulière pour retenir les lunettes, transformé en sacs, débordant comme un bouquet dans la poche arrière d’un jean, en carré imprimé sur un tee-shirt, etc.
 

Emilio Pucci - Fall-Winter2020 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


Le filon sportif-chic côtoie un style boudoir très sexy avec des robes-combinaison en soie à fines bretelles aux couleurs pétantes, brodées ou bordées de dentelles, tandis que le body est déboutonné dans le bas et se porte au-dessus du pantalon. Les collants de dentelle sont partout, noirs ou fluos. Cette même dentelle se pose sur les épaules et manches d'un sweat-shirt, ou s'impose dans une maxi robe ajourée.
 
Tout en rafraîchissant la marque, Christelle Kocher y introduit son savoir-faire couture à travers notamment quelques pièces fortes comme une robe, un top et un parka recouverts de plumes et décorés de perles. "J’ai apporté fraîcheur et énergie à Emilio Pucci. En même temps, il y a un incroyable travail artisanal. Je voulais quelque chose de très féminin et doux, mais aussi créer une attitude confiante avec des pièces unisexes", nous confie la créatrice à la fin du show.
 
Pour la vigilante fille du fondateur, Laudomia Pucci, directrice de l'image et vice-présidente de la griffe, l’examen de passage est réussi. "L’interprétation de Christelle Kocher est très innovante. Elle a beaucoup travaillé sur les archives tout en les traduisant dans son langage de manière moderne. C’est vibrant, amusant, très lisible et en même temps sophistiqué", souligne-t-elle.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com