×
Publicités
Publié le
26 mars 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kulte entend cultiver la nostalgie positive

Publié le
26 mars 2018

Revenir aux fondamentaux pour mieux rebondir. Rachetée l’année dernière par K Invest - Guillaume Flahaut (Giloba Agency) et Nicolas Fauré -, la marque que dirigeait jusqu'alors Matthieu Gamet (qui détient encore 15% des parts) confirme la feuille de route présentée en 2017.


Un T-shirt griffé Kulte à l'esprit Palm Beach. - DR


Prônant l’esprit « nostalgique et positif », le nouveau duo à la tête de Kulte distribue aujourd’hui sweats, T-shirts, casquettes et sacs dans près de 110 points de vente grâce à une production "pronto mondo" et une commercialisation assurée par six agents sur la France. L’objectif à moyen terme étant d’atteindre les 200 magasins revendeurs. Parmi eux, des multimarques en France, en Corée du Sud et en Espagne, et bientôt en Allemagne, en Italie et au Benelux, promet Guillaume Flahaut. En revanche, aucun de point de vente à Paris pour le moment.

Concernant le réseau de boutiques en propre, trois ont survécu à Saint-Tropez, Lourmarlin et Marseille - la marque disposait d'un réseau de neuf magasins en 2014 -, les créateurs tablant également à moyen terme sur une réouverture de boutique à l'enseigne dans la capitale (où la marque était implantée par le passé, ndlr), l’anniversaire des 20 ans pouvant être l’occasion d’un pop-up store, voire d’un nouveau concept de magasin.

Commercialisées aussi désormais en ligne – la marque n’avait pas d’e-shop jusqu’à présent -, les pièces se vendent bien selon Guillaume Flahaut, et la marque devrait être à nouveau rentable à la fin de l’année.

Concernant l’offre, si Kulte mise pour l'heure sur l’unisexe, elle devrait relancer la femme en 2019. Une offre qu'elle testera dès le mois de mai 2018 via une collaboration avec Bensimon (tee-shirt, débardeur, pochette…). Outre les pièces intemporelles et celles de saison, toutes graphiques et nombreuses à décliner le logo, des séries en édition limitée s’inviteront régulièrement cette année. En ce mois de mars sort une capsule de T-shirts et verres avec Duralex – la marque de verres de nos cantines -, avril mettra en avant le lancement d’un sac or et noir polochon et septembre la naissance d’une ligne de sweats, tee-shirts et sacs avec la marque Christian Lacroix.

Des produits en licence ont été lancés également - gérés par l'agence Giloba -, à l'image d'une ligne de montres Kulte (la marque avait déjà confié une licence de ce type à Red Luxury en 2013, ndlr) les prochains attendant la phase de stabilisation de la marque.

Pour la fabrication de ses produits, Kulte n’a pas changé ses sites de production – Turquie et Portugal – mais « relevé » la qualité. Et Guillaume Flahaut de préciser : « Nous sommes sur le made in France à travers une ligne de tabliers produite à partir de denim français complété de toile japonaise, certaines collaborations sont made in France elles aussi, mais notre modèle est européen, accessible et de qualité et ne se tournera pas vers une fabrication en Asie ».

Revenant aux piliers de la marque, dont la musique, Kulte s’associera comme à ses origines à des festivals de musique cet été, quatre ou cinq dates, dont le Festival Marsatac et des scènes de plage dans le sud de la France. Les compilations Kulte Soundsystem et des collaborations avec des Dj’s se poursuivent également, renouant un peu plus avec l’histoire de la griffe. Relancer des marques à histoire, un principe que souhaite développer K Invest, qui s’intéresse également à d’autres labels du marché à reprendre.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com