L'Inde s'ouvre peu à peu au marché du luxe, selon le PDG de Reliance Brands

L'Inde n'est pas une forteresse imprenable, comme le pensent la plupart des marques de luxe, mais plutôt le nouveau marché à observer, a expliqué à FashionNetwork.com Darshan Mehta, PDG de Reliance Brands, le plus grand distributeur de marques haut de gamme et de luxe en Inde.


Darshan Mehta - Photo : LinkedIn

Reliance Brands est partenaire en joint-venture en Inde pour de nombreuses marques haut de gamme et de luxe dont Burberry, Bottega Veneta, Armani, Zegna, Jimmy Choo et Dolce & Gabbana. La société indienne gère un portefeuille d'environ 250 boutiques monomarques et un nombre équivalent de partenariats de vente en gros.

« Les a priori représentent le plus grand obstacle pour la plupart des marques de luxe », a déclaré Darshan Mehta en marge de la New York Times International Luxury Conference.

Il a souligné qu'avec environ 260 000 personnes fortunées (qui disposent d'actifs financiers liquides supérieurs à un million de dollars), les consommateurs de produits de luxe en Inde représentent un marché combiné de 1 milliard de dollars. La Chine, où la plupart des marques de luxe ont construit une forte présence au cours des vingt dernières années, compte 1,42 milliard d'habitants - l'Inde recense 1,35 milliard d'habitants et, comme en Chine, sa population de consommateurs aisés augmente rapidement.

Mais de nombreuses marques de luxe ont évité l'Inde au cours des dix dernières années en raison de la lourdeur administrative, des taxes élevées et du manque d'infrastructures de détail. Certes, Darshan Mehta estime qu'il n'y a qu'une quinzaine de centres commerciaux susceptibles accueillir des marques de luxe en Inde, mais selon lui, l'avenir du luxe se trouve sur Internet et non dans les magasins physiques.

« Dans trois à cinq ans, nous verrons l'économie numérique prendre une place de plus en plus importante », a-t-il déclaré, ajoutant que les Indiens faisaient de plus en plus leurs achats depuis leur téléphone portable. « Le détail physique ne servira plus à distribuer la marque, mais plutôt à construire son image ; désormais l'accent est mis sur l'expérience et sur la mise en scène de la marque. »

Darshan Mehta souligne également que l'équivalent de la TVA en Inde a baissé, de même que les droits d'importation.

L'homme d'affaires ajoute que l'environnement législatif indien est devenu beaucoup plus favorable ces dernières années, les sociétés étrangères pouvant désormais détenir 51 % d'une coentreprise indienne et jusqu'à 100 % d'une filiale, à condition que 30 % des marchandises vendues proviennent de l'Inde. Il estime également que le marché féminin en Inde est « peu exploité », alors que le pouvoir d'achat des femmes augmente et qu'elles deviennent de plus en plus indépendantes financièrement.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversDistributionBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER