×
Publicités
Publié le
8 sept. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Alliance du commerce et Deloitte lancent une revue pratique autour de la mode durable

Publié le
8 sept. 2021

Avec les "Cahiers de la Mode Durable", l'Alliance du commerce (grands magasins, enseignes mode/chaussures) et le cabinet Deloitte entendent proposer un tour d'horizon des solutions identifiées pour rendre la distribution de mode plus durable. Le premier numéro de cette parution est dédié à la réinvention des modèles de production, la rationalisation des commandes devenant clef dans la guerre aux invendus.


Shutterstock


Ce premier dossier de l'Alliance de commerce et de Deloitte se penche ainsi sur la notion de productions agiles. Qu'il s'agisse de production à la commande (ne produire que les pièces pré-vendues), de production à la demande (production fractionnée en flux tendu pour un réassort maîtrisé), ou de production réactive (réorganisation des marques autour de délais de production réduits au minimum).

Des modèles qui induisent de passer d'une logique de "push", où les marques proposent des pièces pensées selon des projections, à une approche "pull", où c'est la demande réelle qui définit les besoins de production.

"Nous arrivons au bout d'un modèle" résume auprès de FashionNetwork le directeur général de l'Alliance du commerce, Yohann Petiot. "La grande question qui se pose est de savoir comment être moins sous la pression de ses stocks, et donc des stocks d'invendus qu'il faudra solder. Si l'on parvient à mieux cibler ses productions, on arrivera à des productions plus agiles et cela amènera dans son sillage la durabilité, l'autre grand sujet qui est lié, avec la chasse au gaspillage et le recyclage et l'upcyclage d'invendus".

De nombreux exemples d'initiatives durables sont évoquées, aux divers points de la vie du produit. Comme Promod, qui rationalise ses choix de matériaux en fonction du nombre de produits auxquels ils pourront s'appliquer; Petit Bateau, qui prévoit des modèles de substitution pour exploiter les métrages prévus pour un modèle ne connaissant pas le succès; Rouge-Gorge, qui optimise les stocks de ses magasins via un outil d'analyse des contextes et clients locaux, ou encore Kiabi, qui propose ses invendus à -80 % dans ses petits magasins solidaires. Des exemples auxquels s'ajoutent ceux de La Fée Maraboutée, FashionCube, Maison 123 ou Monki.


Les Cahiers seront périodiquement publiés autour de thématiques durables - Alliance du Commerce/Deloitte


Formation et transformation des équipes sont par ailleurs abordées, étapes clefs d'une transition vers une réactivité des productions à grande échelle. De même que les interactions désormais essentielles entre les différentes étapes que sont la conception, la fabrication et la distribution, notamment via les notions de réutilisation des matériaux, avec des collections conçues directement autour des stocks dormants laissés par les collections précédentes, l'upcycling des invendus ou encore l'ouverture à la vente de pièces de seconde main chez les enseignes elles-mêmes.

"Tout comme pour la transformation numérique, il est plus facile de naître dans ces nouvelles approches que de devoir transformer un modèle déjà installé", souligne Yohann Petiot, expliquant la conversion parfois tardive ou lente de certaines enseignes.

"Il s'agit ici de modes de travail qui vont de la création à la distribution, et chacun commence par les étapes qui lui semblent les plus pertinentes, notamment parce qu'une marque sait qu'elle n'aura pas forcément à proximité tous les outils de production nécessaires à ses collections", indique le responsable. Il laisse entendre que le second cahier pourrait être dédié aux questions de traçabilité.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com