×
7 192
Fashion Jobs
A LA SOURCE...
Attache Commercial PAP Homme - Secteur Sud-Ouest (H/F)
CDI · TOULOUSE
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · ANNECY
CITY ONE
Juriste - Chargé RH H/F (Paris 17Ème)
CDI · PARIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Chef de Projet Senior Relation Client - H/F CDI
CDI · SAINT-DENIS
GROUPE BEAUMANOIR
Gestionnaire d'Application (H/F)
CDI · SAINT MALO
HERMES FEMME
Responsable de Collection- Chaussures Femme
CDI · PANTIN
LEVI STRAUSS & CO
Key Account Manager Sport (H/F)
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Responsable Relation Clients H/F
CDI · SAINT-OUEN
UPTOO
Responsable Commercial – Paris – Emballage de Luxe Sur Mesure (H/F)
CDI · PARIS
PRINTEMPS
Manager Des Ventes H/F
CDI · LE CHESNAY
PLACE DES TENDANCES
Poste de Développeur Back-End H/F
CDI · PANTIN
CONFIDENTIEL
Directeur Regional H/F
CDI · PARIS
APPROACH PEOPLE
Responsable RH Retail - Bayonne (64)
CDI · BAYONNE
STEPHANE ROLLAND PARIS
Direction Commerciale Maroquinerie
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Chef de Projet Digital
CDI · PARIS
HERMES
Responsable du Contrôle de Gestion
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Chargé(e) Administration du Personnel (H/F)
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Technicien Support de Proximite Retail
CDI · PARIS
UN JOUR AILLEURS
Responsable Mise en Place de Production H/F
CDI · PARIS
PAULE KA
Responsable Visuel Merchandising (H/F)
CDI · PARIS
CONCEPT RECRUTEMENT
Responsable Formation France, Univers Nouvelles Technologies &Design
CDI · PARIS
MICHAEL PAGE
Responsable Paie et Contrôle de g. Sociale H/F
CDI · PARIS

L'appel au boycott de palaces appartenant au sultanat de Bruneï s'étend

Par
AFP
Publié le
today 31 mai 2014
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

AFP- Les appels au boycott se multiplient contre des hôtels de luxe appartenant au sultanat de Bruneï, parmi lesquels le Meurice à Paris ou le Dorchester à Londres, en raison de la charia instaurée à Bruneï.

En cause: l'introduction progressive depuis début mai par le puissant sultan Hassanal Bolkiah - une des plus grandes fortunes mondiales - de la loi islamique dans ce petit Etat situé sur l'île de Bornéo.

Le sultan de Bruneï (visuel AFP)


Depuis plusieurs semaines, des appels au boycott des hôtels chapeautés par le sultanat se succèdent. Ils ont reçu vendredi l'appui du commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht.

Le commissaire "soutient la campagne de sensibilisation contre l'inacceptable loi sur la charia, via le boycott des hôtels Dorchester par de nombreuses personnalités internationales", a annoncé son porte-parole, John Clancy, sur son compte Twitter.

Avant lui, étaient montés au créneau notamment le patron de Virgin, le milliardaire britannique Richard Branson, le PDG du groupe de luxe Kering (Gucci, Saint Laurent...), François-Henri Pinault, le comédien britannique Stephen Fry, l'animatrice de télévision américaine Ellen DeGeneres ou encore la célèbre rédactrice en chef de Vogue aux Etats-Unis, Anna Wintour.

La papesse de la mode avait déclaré qu'elle ne pouvait "en conscience" continuer de descendre au Meurice à Paris bien qu'elle l'affectionne, "de même que les rédacteurs en chef de Vogue", et ce malgré le "fort impact que la situation peut avoir sur l’équipe" du palace de la rue de Rivoli. Et d'évoquer le risque que les hôtels de la Dorchester Collection ne soient "désertés au profit de la concurrence" pendant les prochaines fashion weeks à Londres, Milan et Paris.

Le groupe réunit en effet dix hôtels de luxe où se bouscule une clientèle riche et souvent en vue: les palaces parisiens Plaza Athénée et Meurice, le Dorchester et 45 Park Lane à Londres, le Principe di Savoia à Milan mais aussi le Coworth Park à Ascot, le Richemond à Genève, l'Eden à Rome, ainsi que le Bel-Air et le Beverly Hills Hotel à Los Angeles.

Le groupe Dorchester appartient à l'Agence d'investissement de Bruneï, un fonds souverain contrôlé par le sultanat du Bruneï.

Interrogé par l'AFP vendredi dernier, le directeur général de Dorchester Collection, François Delahaye, s'est dit "stupéfait de voir l'ampleur que cette affaire prend", en s'inquiétant de son impact pour les 3.500 salariés.

"C'est de l'acharnement. Et les seules personnes qui vont être affectées par ce boycott, ce sont les 3.500 salariés du groupe, certainement pas le sultan", a-t-il estimé.

L'appel au boycott commence à produire des effets: des hôtels et restaurants du groupe Dorchester ont enregistré des annulations.

"Je ne suis pas en train de défendre la charia, loin de là", a souligné François Delahaye. "Mais qu'est-ce qu'un aubergiste a comme poids face à une décision politique et religieuse?"

Par ailleurs, "si on devait sanctionner tous les hôtels de prestige qui ont des capitaux là où sévit la charia, il n'y aurait plus beaucoup d'hôtels de prestige où descendre", selon lui.

Il a jugé relativement "absentes" les réactions politiques.

Les Nations unies ont néanmoins exprimé leur "profonde inquiétude" et l'ONG Human Rights Watch a dénoncé des "châtiments moyenâgeux".

Le conseil municipal de Beverly Hills a, lui, adopté une résolution enjoignant le sultanat asiatique à vendre l'hôtel Beverly Hills et d'autres propriétés qu'il possède dans la ville.

La nouvelle législation de Bruneï prévoit l'amputation de membres pour les voleurs, la flagellation pour la consommation d'alcool ou l'avortement ainsi que la lapidation pour divers crimes.

Le responsable de Dorchester Collection a dénoncé certaines "réactions hypocrites": "M. Pinault nous boycotte alors que beaucoup de marques de luxe de son groupe vendent dans des pays où on pratique la charia. Avant de donner des leçons aux autres, on balaie devant sa porte".

Il a rappelé qu'aucun des pays où sont implantés les hôtels du groupe ne pratiquent la charia.

"La Dorchester Collection est une entreprise où règnent des valeurs", a-t-il fait valoir. "Beaucoup de nos hôtels dont dirigés par des femmes".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.