×
Publicités
Publié le
19 nov. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’autorité de la concurrence valide le regroupement des enseignes FashionCube

Publié le
19 nov. 2020

Un pas de plus dans la mutualisation des enseignes d’habillement détenues par la famille Mulliez. Débutée il y a trois ans par la création du groupement d’intérêt économique FashionCube, ce mouvement se concrétise aujourd’hui par la fusion "de fait" de deux entités: Oosterdam (qui réunit Pimkie, Grain de Malice et Rouge Gorge) et HappyChic (Jules, Brice, Bizzbee). L'objectif ? "Pouvoir agir comme un groupe au sens du droit de la concurrence, précise la direction de FashionCube. Cette décision permet de partager librement des informations confidentielles sur les activités (liste de nos fournisseurs, nos prix de revient, nos stratégies commerciales …) et d’engager en toute sécurité juridique nos projets de mutualisation".


Collection automne-hiver 20/21 - Pimkie


L’autorité de la concurrence a ainsi annoncé avoir validé sans conditions particulières le rapprochement de ces deux groupes, après avoir examiné si cette fusion "était de nature à restreindre la concurrence sur les marchés de la distribution au détail de vêtements de moyenne gamme et d’accessoires pour femmes, en particulier dans les zones de chalandises dans lesquelles les magasins des deux groupes sont présents".

L’autorité a rendu un verdict positif en justifiant que "dans chacune de ces zones, les consommateurs continueront à bénéficier d'offres alternatives aux marques de la nouvelle entité, équivalentes en termes de prix et de positionnement commercial. Ces magasins concurrents demeurent en nombre suffisant pour éviter que la nouvelle entité ne soit incitée à augmenter le prix des articles vendus ou à dégrader la qualité des services rendus dans ses magasins".

Création d'une société de services



La direction précise que la réalisation de la fusion juridique proprement dite reste soumise à la décision souveraine de l’actionnaire familial, à qui le projet sera présenté en début d'année 2021. D'autre part, "pour faciliter notre fonctionnement quotidien de manière transitoire dans cette attente, nous créons une société de services également baptisée FashionCube qui officialisera cette gouvernance opérationnelle et dont Jean-Christophe Garbino est naturellement l’animateur".
 
Le patron de l'écosystème FashionCube, va donc continuer de superviser ces enseignes, lui qui a récemment cédé la direction générale de Jules à Franck Poillon. Des projets en commun ont déjà été mis en place ou annoncés ces dernières années, comme la gestion des données (avec la création de Fashion Data), ou l'intention d’implanter dans le Nord une usine de jeans qui bénéficierait à toutes les marques.

Le groupement européen d’intérêt économique a quant à lui vocation à perdurer, il s'agit selon le groupe "d'un outil opérationnel de mutualisation de certains contrats et frais communs".

Inquiétude des syndicats



Cette manoeuvre soulève tout de même quelques interrogations parmi les représentants du personnel. Les marques garderont-elles une certaine indépendance ? Verront-elles certains de leurs services réunis ou externalisés ? Différents pôles techniques sont en effet en cours de regroupement, selon les syndicats, notamment les bureaux d’achats, l’activité informatique ou les bureaux d’études des enseignes. La logistique de Pimkie ayant quant à elle déjà été reprise par le spécialiste Grimonprez.

La CGT Pimkie pointe que "le rapprochement des groupes Oosterdam et Happychic peut sembler anodin et purement financier, mais en réalité, il a pour finalité de créer, au travers de Fashion3 SAS, une structure de gouvernance (car il s’agit bien de cela) qui prendra l’ensemble des décisions stratégiques des enseignes composant ces deux groupes. La direction nous affirme que cette pirouette juridique n’a aucun impact sur l’autonomie des enseignes. Comment le croire quand les statuts de la Fashion3 SAS indiquent clairement qu’en cas d’égalité de voix, c’est le président, à savoir Jean-Christophe Garbino, qui prendra la décision finale ?", se questionne le syndicat dans un texte publié sur son site.

Rappelons que la transformation des enseignes de FashionCube est déjà bien lancée. La fusion des chaînes Jules et Brice s’est par exemple articulée depuis deux ans au profit de l’enseigne Jules, qui a dévoilé un nouveau visage au passage. Occasionnant tout de même la suppression de 88 magasins et 466 emplois. Testant de nouveaux modèles, FashionCube a aussi expérimenté depuis 2019 l’implantation de corners lingerie signés Rouge Gorge dans plusieurs unités de l’enseigne de mode féminine Grain de Malice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com