×
5 761
Fashion Jobs
PRINTEMPS
Responsable Acquisition et Fidélité Client H/F
CDI · PARIS
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Chef de Produit Développement Collection H/F
CDI · CACHAN
DEVRED 1902
Responsable Trafic et Acquisition CDI Amiens F/H
CDI · AMIENS
LA HALLE
Controleur de Gestion Achats (H/F)
CDI · PARIS
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
LONGCHAMP
Responsable Des Opérations H/F
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Relation Client H/F
CDI · MARSEILLE
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Chef de Projet Architecture (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
GALERIES LAFAYETTE
Manager Vente H/F
CDI · LYON
GIAMBATTISTA VALLI
Responsable Bureau d'Etude Production
CDI · PARIS
LECTRA
Business Development Manager - Plateformes Digitales Secteur Mode H/F
CDI · CESTAS
TARA JARMON
Responsable Controle de Gestion (H/F) - CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Approvisionneur Matières Premières - PAP h & f Premium (H/F)
CDI · PARIS
PRINCESSE TAM TAM
Chef de Projet CRM H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Directeur d'Atelier Haute Couture Flou (H/F)
CDI · PARIS
KIABI
Responsable Innovation (H/F) - CDI
CDI · HEM
KIABI
Account Manager Marketplace (H/F) - CDI
CDI · HEM
KIABI
Directeur Artistique 360° - Identité Graphique de Marque (H/F)
CDI · HEM
MOA
Chef de Produit
CDI · ANTONY
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 sept. 2018
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'économie chinoise écornée par la guerre commerciale mais Pékin reste confiant

Par
AFP
Publié le
19 sept. 2018

La croissance chinoise pourrait être sérieusement écornée par les contrecoups de la guerre commerciale entre Pékin et Washington, mais le géant asiatique affiche ostensiblement sa confiance dans la solidité de son économie, aidée par ses efforts de relance.


L'économie chinoise écornée par la guerre commerciale contre les Etats-Unis - F.DUFOUR/AFP Archives


Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, l'a reconnu mercredi sans ambages : la deuxième économie mondiale connaît « des difficultés accrues » pour maintenir une croissance stable, face à la violente tempête commerciale qui l'agite. Avant d'affirmer aussitôt sa confiance sur la capacité de son pays à « surmonter les obstacles ».

Le nouvel écueil est cependant de taille : le gouvernement de Donald Trump a annoncé lundi qu'il imposait des droits de douane punitifs de 10 % sur des biens chinois dont l'importation aux Etats-Unis représente 200 milliards de dollars par an, s'ajoutant à 50 milliards de dollars de marchandises déjà ciblées.

Or « la production de ces 250 milliards de dollars de biens chinois surtaxés génère environ 1,3 % du PIB chinois », même si l'impact économique devrait être moindre, rappelle Mark Williams, du cabinet Capital Economics. Le secteur manufacturier, de l'électronique à l'électroménager en passant par l'automobile, est le plus exposé.

Selon l'agence de notation Moody's, cette nouvelle escalade pourrait entamer de 0,3 à 0,5 point de pourcentage la croissance économique chinoise l'an prochain. Le cabinet Oxford Economics mise quant à lui sur une baisse de 0,2 point, avec un impact plus dévastateur si Washington relève comme prévu ses droits de douane à 25 % au 1er janvier : cela ferait s'évaporer 0,4 point de croissance supplémentaire.

Assouplissement fiscal

Le moment est délicat : l'économie chinoise s'essoufflait déjà, minée par les efforts de désendettement du gouvernement, qui ont entraîné un durcissement en matière de crédit et un net tassement des investissements dans les infrastructures.

Le Fonds monétaire international (FMI) avait prédit dès avril que la croissance ralentirait, passant à 6,6 % en 2018 et 6,4 % en 2019, contre 6,9 % en 2017.

Mais si Donald Trump mettait à exécution sa menace de taxer l'intégralité des biens chinois importés, la performance chinoise pourrait se retrouver à 5,8 % l'an prochain, s'alarme Louis Kuijs, analyste d'Oxford Economics. Dans l'engrenage actuel, « les perspectives d'apaisement restent faibles à court terme », la Maison Blanche semblant certaine de pouvoir « gagner » cette guerre, insiste-t-il.

Certes, Pékin profite de la forte dépréciation du yuan, qui a chuté de 8,5 % face au dollar depuis avril - de quoi avantager les exportateurs chinois et rendre leurs produits plus compétitifs.

Ensuite, les entreprises américaines devraient rester pour un temps dépendantes des fournisseurs chinois, car « pour la plupart des produits visés, il existe peu de fournisseurs alternatifs », insiste Mark Williams. Pour les types d'articles surtaxés par Washington, en moyenne 52 % des importations américaines viennent de Chine, souligne-t-il.

Surtout, les autorités chinoises devraient continuer d'assouplir leur politique budgétaire et fiscale, après avoir multiplié les rabais d'impôts et de taxes à l'exportation, et gonflé les dépenses publiques dans des projets d'infrastructures.

« Pékin prendra des mesures supplémentaires pour soutenir la demande intérieure », note Louis Kuijs, de quoi selon lui effacer jusqu'à « la moitié environ » de l'impact économique de la guerre commerciale.

« Amples leviers »

Pour autant, Pékin ne va pas adopter de vastes plans de relance, a tempéré mercredi Li Keqiang, s'exprimant à l'occasion de l'édition chinoise du Forum économique mondial.

Une façon de suggérer que la Chine n'injectera pas, comme en 2008, des flots de liquidités dans l'économie pour stimuler l'activité, à l'heure où ce géant asiatique ploie déjà sous un endettement colossal dépassant les 250 % du PIB.

Si Donald Trump brocarde volontiers la précarité de l'économie chinoise, Pékin affiche au contraire une confiance inoxydable. Même au cas où Washington taxerait tous les biens chinois importés, « la Chine a d'amples leviers fiscaux et politiques pour amortir l'impact », a assuré lundi Fang Xinghai, vice-président du régulateur chinois des marchés financiers (CSRC). « Nous nous préparons au pire, mais l'économie marchera bien », a-t-il martelé, selon des propos rapportés par l'agence d'information Bloomberg.

C'est le leitmotiv officiel : « La guerre commerciale ne forcera pas la Chine à succomber aux pressions américaines. Au contraire, vu sa solidité économique, elle fera face aux défis et deviendra plus forte », assène dans un éditorial le quotidien étatique China Daily.

« Ces quarante dernières années, l'économie chinoise a surmonté tous les obstacles »  et survécu aux crises, a de son côté observé Li Keqiang.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.