×
Publicités
Par
AFP
Publié le
30 sept. 2012
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'ensemble Sandro, Maje et Claudie Pierlot serait en vente

Par
AFP
Publié le
30 sept. 2012

© 2012 AFP - Les marques de prêt-à-porter Sandro, Maje et Claudie Pierlot, positionnées sur le créneau du haut de gamme accessible, sont à vendre, moins de deux ans après l'entrée à leur capital du fonds L Capital du milliardaire Bernard Arnault (LVMH), affirme le Journal du Dimanche.

Les trois marques, réunies sous l'ombrelle SMCP, ont confié un mandat de vente aux banques d'affaires J.P. Morgan et Compagnie financière Edmond de Rothschild, ajoute l'hebdomadaire, sans citer ses sources.

Les vendeurs espèrent tirer de la cession un montant équivalent à 12 fois l'excédent brut d'exploitation de la SMCP, ajoute le Journal du Dimanche.

Issu de petites marques du Sentier parisien, SMCP connaît une croissance vigoureuse, favorisée par les financements apportés par ses puissants actionnaires. En 2011, son chiffre d'affaires a bondi de 40%, à 303 millions d'euros, et un objectif de 500 millions est visé pour 2014.

Selon une source anonyme citée par le journal, certains des actionnaires pourraient "avoir des fourmis dans les jambes" pour monétiser leur investissement, au vu du spectaculaire développement de leur société.

SMCP est actuellement détenu à 51% par L Capital et le fonds Florac de la famille Louis-Dreyfus, associés à parité. Le solde du capital se répartit entre les fondateurs de Sandro et Maje et les dirigeants du groupe.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.