×
6 480
Fashion Jobs
Publicités

L'environnement et l'innovation au cœur des préoccupations des consommatrices de la beauté

Publié le
today 30 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'entreprise Teads, spécialisée dans les vidéos publicitaires en ligne, vient de dévoiler une étude sur les nouveaux comportements des femmes en matière de consommation de la beauté. En partenariat avec Global Web Index, une agence anglaise de marketing, Teads a interrogé 4 487 consommatrices âgées de 16 à 64 ans, et réparties à travers huit pays (France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Brésil, États-Unis, et Japon). L'influence des nouvelles technologies et le phénomène d'éco-responsabilité des marques sont les deux grandes tendances qui ressortent de cette étude quant aux nouvelles manières de consommer la beauté.


© Teads


Selon l'étude de Teads publiée mi-octobre, le prix reste sans surprise le principal facteur d'achat mais malgré cela, les consommatrices interrogées confirment leur choix en se basant sur d'autres critères. En effet, 37 % du panel affirme avoir une attitude éco-responsable quant au choix des cosmétiques qu'elles utilisent, et 52% des consommatrices sont prêtes à payer plus cher un produit s'il est respectueux de l'environnement, que ce soit dans le contenant lui-même, ou son emballage. Des données qui confirment l'engouement pour les marques qui s'inscrivent aujourd'hui dans une démarche éco-responsable.

Un autre critère d'achat réside dans la possibilité pour les consommatrices de voir, de toucher, et de sentir les produits qu'elles souhaitent acheter. Les achats en boutique restent ainsi dominants dans le secteur de la beauté, notamment en raison de ce facteur. Le marché digital des cosmétiques n'a cependant pas à rougir puisque Teads indique que 76 % des consommatrices convertissent en achat, leur visite sur le site internet d'une marque.

L'étude de Teads note aussi l'influence grandissante des nouvelles technologies dans la manière de consommer la beauté d'aujourd'hui. En effet, 59 % des consommatrices affirment voir un intérêt à utiliser des outils modernes comme la réalité augmentée, les conseillers virtuels ou encore les chatbots. Pour les moins initiées, 69% d'entre elles souhaiteraient pouvoir essayer ce nouvel outil.

"La croissance du marché de la beauté et des soins a toujours été portée par l'innovation", explique Caroline Hugonenc, responsable de la recherche et des études chez Teads, "le digital disrupte le parcours des consommatrices et ouvre de nouvelles opportunités pour les marques d'atteindre leurs audiences".

En 2018, le marché mondial de la beauté pesait environ 200 milliards d'euros, tiré par l'Asie représentant 39 % des ventes internationales. L'Oréal reste le premier acteur sur la scène mondiale avec un chiffre d'affaires atteignant 29,4 milliards de dollars (26,4 milliards d'euros) en 2018, suivi par Unilever (21,5 millards de dollars soit 19,3 milliards d'euros), et par Estée Lauder avec 12,8 milliards de dollars (11,5 milliards d'euros). Les ventes en ligne représentent aujourd'hui environ 25 % des ventes globales de produits de beauté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com