×
5 834
Fashion Jobs
MAJE
Responsable Production Accessoires - CDD H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit - PAP Homme Premium (H/F)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Planification - PAP Femme Maison Française de Luxe (F/H) CDI
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Acheteur Tissus Collection Créateur - PAP Luxe (H/F)
CDI · PARIS
EKYOG
Directeur Generale
CDI · PARIS
CLAUDIE PIERLOT
Gestionnaire de Stocks H/F
CDI · PARIS
BONPOINT
Gestionnaire de Stock / Conseiller de Vente - Flagship F/H
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
CONFIDENTIEL
Directeur Des Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial & Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
BALMAIN
Coordinateur.Rice Transport Amont ou Aval H/F
CDI · PARIS
MAISON CLOSE LINGERIE
Responsable Des Ventes Wholesale International
CDI · MARSEILLE
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires Cuirs H/F
CDI · PARIS
THE FRANKIE SHOP
Chef de Produit
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · AMIENS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Des Ventes H/F
CDI · LILLE
LACOSTE
CDI - Senior Demand Planner Emea jv &Amp; Partners F/H
CDI · PARIS
TAPE À L'OEIL
Chargé de CRM H/F
CDI · WASQUEHAL
GROUPE IKKS
Chargé(e) de Paramétrage (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
BLUE BOX
Responsable de l’Identité Visuelle et Merchandising France H/F
CDI · L'UNION
BLUE BOX
Directeur Retail France H/F
CDI · L'UNION
BLOCH CONSULTING
Responsable Régional Partners Lacoste (H/F)
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 nov. 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'euro fort met les groupes de luxe européens sous pression

Par
AFP
Publié le
18 nov. 2007


PARIS, 18 nov 2007 (AFP) - L'envol de l'euro face au dollar et au yen jette une ombre sur les perspectives de croissance des groupes de luxe européens, ce qui pourrait inciter certaines maisons à franchir le pas de la délocalisation, estiment des experts.

"La conjoncture économique mondiale va se dégrader en 2008, et il n'y a pas de raison pour que l'euro n'atteigne pas 1,50 dollar. Dans ces conditions, ces groupes vont devoir prendre des décisions rapides pour les années à venir", juge Frank Benedic, analyste du cabinet Precepta. "Sinon, ils devront rogner leurs marges".

Essentiellement français et italiens, les maroquiniers, joaillers, parfumeurs et couturiers haut de gamme réalisent la quasi-totalité de leur production dans la zone euro. Près de 60 % sont ensuite exportés et vendus aux quatre coins du monde, en particulier aux Etats-Unis et au Japon, les deux principaux marchés.

Cette organisation pénalise doublement ces maisons de luxe : sur les marchés étrangers, où leurs produits sont relativement plus chers, et sur les marchés européens, où le pouvoir d'achat des touristes américains et japonais, friands d'articles de luxe "made in France" ou "in Italy", est érodé.

L'euro fort engloutit déjà une bonne partie de la croissance du marché du luxe. Le cabinet américain Bain estime que celui-ci devrait avoir progressé de 7%-9% en 2007, mais que, sans l'envol de l'euro, il aurait crû de 10%-12%.

Début novembre, la devise européenne a atteint un nouveau record, à 1,4737 dollar.

Dans ce contexte, la Société générale attend un "ralentissement" de la croissance des groupes de luxe européens "à partir du quatrième trimestre 2007". Elle vient d'abaisser ses prévisions pour neuf d'entre eux, dont le leader mondial LVMH.

Pour l'instant, leur santé n'est pas en péril. L'impact de l'euro fort a été limité par des systèmes de "couverture" du risque de change --qui coûtent toutefois très cher. Et leurs ventes ont explosé au Moyen-Orient, en Asie et dans les pays de l'Est de l'Europe.

Pour contrer la hausse de l'euro, ils ont aussi augmenté massivement leurs prix : "De 30-40 % sur la période 2005-2006", indique Elisabeth Ponsolle des Portes, déléguée générale du Comité Colbert, représentant 70 maisons françaises.

Mais cette politique a ses limites : "Quand on augmente les prix, on perd un certain nombre de clients", reconnaît Patrick Thomas, le gérant d'Hermès.

"Nous sommes aujourd'hui à un moment critique où on ne peut aller au-delà car autrement, les prix deviendraient dissuasifs", alerte Mme Ponsolle des Portes.

Que faire alors? Réduire les dépenses de marketing et d'implantations nouvelles est risqué. C'est donc "le maillon de la fabrication qui est le plus facile à ajuster", affirme Frank Benedic.

"Il y a cinq ans, le secteur était très arc-bouté sur la question des délocalisations, vues comme une hérésie qui risquait de tuer les marques, ternir leur image. Aujourd'hui, les groupes jouent un jeu différent : avec la +démocratisation+ du luxe, la clientèle est différente", moins sensible au lieu de fabrication, explique-t-il.

Au Comité Colbert, on reconnaît pudiquement que "les industriels vont interroger leur modèle économique".

Mais le processus est déjà enclenché. Armani fabrique ses jeans en Europe de l'Est, 5% de la production d'Hugo Boss est réalisée en Chine, et Louis Vuitton (groupe LVMH) va ouvrir un atelier de piquage de semelles en Inde, rappellent les analystes.

Le PDG de Gucci, Robert Polet, a même dit "ne pas avoir de dogme en la matière". Dans un entretien au quotidien Les Echos en mai, il excluait de fabriquer hors d'Italie les produits Gucci et Bottega Veneta, très hauts de gamme, mais se disait "plus libre" pour des marques comme Stella McCartney, "liée ni à la France ni à l'Italie".

Par Gaëlle GEOFFROY

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.