×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
2 janv. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'horlogerie suisse pourrait profiter de l'essor des montres connectées

Par
Reuters
Publié le
2 janv. 2017

Selon un des principaux acteurs du secteur cité par Reuters, l'horlogerie de luxe suisse pourrait profiter de l'essor des montres connectées, les consommateurs se tournant de plus en plus vers des versions haut de gamme de cette technologie.


Les fabricants suisses de montres connectées, qui considéraient autrefois ces dernières comme de simples accessoires de mode, se ruent aujourd'hui sur ce marché en croissance, en augmentant leurs investissements et formant des partenariats technologiques.

« S'il est vrai qu'Apple a vendu environ 20 millions de montres connectées et contrôle environ 50 % du marché, le potentiel est énorme », a ainsi déclaré Jean-Claude Biver, à la tête des marques d'horlogerie du groupe LVMH, comme TAG Heuer, Hublot et Zenith.

« Un marché de luxe apparaît dès que les gens cherchent à se différencier de la masse [des consommateurs]. C'est le cas, ici aussi. Avec notre savoir-faire, la qualité et le prestige suisses, nous bénéficions des meilleures conditions préalables pour contrôler ce segment », a-t-il précisé au journal suisse SonntagsBlick.

TAG Heuer, par exemple, a formé un partenariat avec Google et Intel pour développer sa propre montre connectée, dont les premiers exemplaires, commercialisés cette année à 1 400 francs suisses (1 304 euros), ont connu un franc succès.

Selon Jean-Claude Biver, même si les exportations de l'horlogerie suisse se sont inscrites en baisse sur 15 mois consécutifs, le secteur ne traverse pas pour autant une crise existentielle, comme dans les années 70. Selon lui, il s'agit plutôt d'une consolidation de ce dernier, les principales marques augmentant leurs parts de marché.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.