×
Publicités
Publié le
11 oct. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'immobilier commercial connaît un boom des investissements dans l'Hexagone

Publié le
11 oct. 2022

Alors que l'inflation pèse sur le portefeuille des consommateurs dans un contexte économique incertain, le marché de l'immobilier commercial en France connaît lui un nombre important de transactions. Depuis début 2022, plus de 4,6 milliards d'euros ont été investis en commerce, comparés aux 2 milliards à la même époque l'année précédente. Il s'agit du meilleur résultat connu sur neuf mois depuis 2014, compare le spécialiste Knight Frank.


"Mon Beau Buchelay" a été vendu par Ortis Invest et la Compagnie de Phalsbourg à BNP Paribas REIM - DR


"Résultant en partie des opportunités offertes par l’accélération des arbitrages de certains investisseurs, cette très belle performance s’explique par un nombre élevé de grandes transactions", précise le groupe de conseil en immobilier. En effet, treize mouvements supérieurs à 100 millions d'euros ont été enregistrés depuis début 2022 (contre quatre pour l'ensemble de l'année 2021).

Cinq d'entre eux ont été finalisés au troisième trimestre, incluant le rachat par le groupe LVMH du portefeuille Dray et la vente par Groupama du 150 avenue des Champs-Elysées. "Alors que les cessions de flagships avaient été très rares au 1er semestre à Paris, ces deux transactions gonflent la part des rues commerçantes, qui concentrent désormais 41% des volumes investis en commerces en France contre 30% trois mois auparavant."

Les parcs d'activités commerciales ont aussi le vent en poupe. Depuis janvier, 1,2 milliard d'euros ont été investis sur ce créneau, ce qui correspond à 27% des sommes totales engagées dans l'immobilier commercial. Durant les trois derniers mois, des ventes unitaires d'actifs importants ont été réalisées, notamment le "shopping parc" de Carré Sénart (Seine-et-Marne), cédé par URW, et le pôle "Mon Beau Buchelay" (Yvelines), vendu à BNP Paribas REIM.

"Cette classe d’actifs, qui a très bien résisté à la crise sanitaire et offre des rendements attractifs, fait aussi valoir des coûts d’occupation plus modérés pour les enseignes et un positionnement prix avantageux pour les consommateurs à l’heure où l’inflation pèse sur la rentabilité des entreprises et sur le budget des Français", analyse David Bourla, directeur des études chez Knight Frank France.

Enfin, les centres commerciaux 'classiques' ont généré 1 milliard d'euros de transactions, dont quatre mouvements supérieurs à 100 millions d'euros. Parmi eux, le changement de main du pôle des "Flâneries" à La Roche-sur-Yon et du centre "V2" à Villeneuve d'Asq.

"D’autres grandes transactions sont attendues d’ici la fin de l’année sur tous les segments du marché des commerces, qui feront de 2022 un très bon cru avec plus de 5 milliards d’euros investis", conclut Knight Frank, qui indique que cette bonne performance sera difficile à rééditer l'an prochain, même si "les commerces font preuve d'une réelle capacité d'adaptation".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com