×
5 784
Fashion Jobs
Publicités

L’industrie de la mode face à de multiples défis

Publié le
today 31 mai 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le marché mondial de la mode pèse 1 378 milliards de dollars, soit un chiffre d’affaires total pour 2015 de 1 237 milliards d’euros, selon l’étude Global Investor réalisée par Credit Suisse, intitulée « Fashion – Beyond apparel » (la mode – derrière le vêtement). Un chiffre qui correspond à la totalité du PIB de l’Espagne en 2014 !

Zara est l'un des principaux acteurs du marché mondial de la mode - SDP


Le secteur est tiré par les chaînes de fast fashion, à commencer par le géant espagnol Inditex (Zara) avec un chiffre d’affaires de 20,3 milliards (18,2 milliards d’euros), suivi par le Suédois H&M (17,9 milliards de dollars), l’Américain Gap (16,4 milliards de dollars) et le Japonais Fast retailing (Uniqlo) avec des ventes s'élevant à 13,9 milliards de dollars.

« Les marques qui sauront affronter le défi de la mode rapide, avec l’introduction en magasin de nouveaux produits de tendance chaque semaine, seront les probables leaders du secteur dans les prochaines années », indique l’étude.

Comme le notent aussi les auteurs du rapport, « six des dix plus grands distributeurs mondiaux de marques de vêtements en propre sont américains. En 2014, leurs ventes globales se sont élevées à 51 milliards de dollars (45,8 milliards d’euros) ». Derrière le leader Gap, suivent Limited Brands, PVH, Ralph Lauren, Abercrombie & Fitch et American Eagle Outfitters.

La montée en puissance des classes moyennes dans les pays émergents a joué un rôle crucial dans l’accélération du développement des enseignes de fast fashion, soulignent encore les auteurs de l’étude, rappelant qu’en 2014, 15 % des ventes de H&M ont été générées dans les marchés émergents.

Le rôle croissant du numérique et du commerce en ligne sont également mis en avant. Aux Etats-Unis, 25 % des ventes de mode passent désormais par la Toile. Au-delà de l’e-commerce, en progression constante, les consommateurs n’ont jamais occupé une position aussi dominante grâce au Web, qui leur permet d’exprimer leur propre opinion et de créer de fréquents changements de tendances, constate le rapport.

Global Investor Credit Suisse


Autre tendance lourde, l’importance du développement durable avec une attitude socialement responsable de la part des entreprises, qui augmente au même rythme que la prise de conscience de la part des consommateurs.

Pour les groupes de mode, investir dans le développement durable peut par ailleurs s’avérer lucratif, puisqu’une part croissante des consommateurs sont prêts à payer plus cher des produits réalisés avec un moindre impact pour l’environnement. Près de 55 %, selon la recherche de Credit Suisse.

A ce titre, la filière de production reste un élément crucial, qui déterminera toujours plus le succès des groupes de mode. Les technologies numériques révolutionnent de fait l'industrie de la mode avec de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques d'impression, comme en témoigne l’utilisation de la 3D. Surtout, elles accélèrent le rythme de production. « Mais créateurs et entrepreneurs devront préserver l’âme du produit », met en garde le rapport.

Pour ce qui est du marché géographique de la mode, la Chine et l'Union européenne sont les deux principaux exportateurs mondiaux de vêtements, représentant à eux deux près des deux tiers des exportations mondiales. La Chine arrive en tête avec une part de 38,6 % sur le total des exportations, suivie par l’Europe avec une part de 25,6 % (ces chiffres se réfèrent à 2013).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com