×
Publicités

L'industrie française de la beauté s'organise pour fournir du gel hydroalcoolique

Publié le
19 mars 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Face à la propagation du coronavirus et aux besoins de protection qui en découlent, la filière cosmétique de l'Hexagone apporte son aide, à l'image de l'industrie textile qui se convertit à la production de masques. L'objectif ? Modifier rapidement les lignes de production pour fournir en gel hydroalcoolique les hôpitaux, établissements de soins et professionnels faisant face à une pénurie.


Mobilisation de toute une filière, notamment appelée à la solidarité par la Cosmetic Valley. - DR


Réunissant de nombreux acteurs du secteur au sein d'un pôle de compétitivité, la Cosmetic Valley a lancé un appel à la mobilisation le 18 mars, en détaillant par exemple la formule validée par l'OMS et l'étiquetage à mettre en place. La Cosmetic Valley a en effet été missionnée par les hôpitaux, les collectivités et établissements industriels "pour collecter et coordonner les initiatives de production, conditionnement et distribution de gel hydroalcoolique en tenant compte de l’arrêté du 13 mars 2020 autorisant par dérogation la mise à disposition sur le marché et l'utilisation temporaires de certains produits hydro-alcooliques utilisés en tant que biocides désinfectants pour l'hygiène humaine."

Samedi, c'est le groupe LVMH qui annonçait s'y atteler en mettant à contribution les usines de fabrication de parfum de ses maisons Guerlain, Givenchy et Christian Dior. "Nos experts en R&D, nos équipes de production, de conditionnement et d’expédition se sont adaptés avec une incroyable agilité et rapidité pour cette formidable initiative citoyenne et ainsi lutter contre l’épidémie de Covid-19. Les premières livraisons ont été opérées avec succès", a attesté sur LinkedIn Laurent Kleitman, PDG de Christian Dior Parfums, ajoutant qu'il en avait les larmes aux yeux.

Le géant L'Oréal est aussi entré dans la danse en indiquant qu'il allait intensifier la production de gel via plusieurs de ses marques : La Roche-Posay a par exemple pour mission d'équiper les hôpitaux, les EHPAD et les principales pharmacies partenaires du groupe en Europe, alors que Garnier distribuera à titre gratuit plusieurs millions d'unités de gel à l'ensemble de ses clients européens de la distribution alimentaire.


Les flacons sortant de la ligne de production mise en place par Eugène Perma. - DR


Le groupe français Eugène Perma contribue aussi à l'effort général en basculant son site de Parchimy à Reims vers la fabrication de lotions hydroalcooliques pour les unités de soins. "Un précieux soutien permis grâce aux équipes de l’usine qui, en effectif réduit et bien évidemment équipées de masques de protection, respectent scrupuleusement les mesures barrières indiquées par le gouvernement pour se prémunir, tout en aidant le pays à mieux combattre la transmission du virus", souligne le groupe, qui précise avoir déjà produit plus de 100 000 unités de 100ml et s'engage "tout au long des prochaines semaines et tant que sera réel le risque de pénurie".

Pour Guinot-Mary Cohr (salons et produits de beauté), la production de gel hydroalcoolique n'est pas si inédite puisque le groupe fabrique habituellement ses propres lotions assainissantes pour équiper ses esthéticiennes. Aujourd'hui, il s'agit de renflouer les hôpitaux et les pharmacies et d'en fabriquer à plus grande échelle : sa chaîne de production de Dammarie-les-Lys (77) a été réorganisée pour atteindre le rythme de cinq tonnes de gel fabriqué par semaine. "Malheureusement, la situation économique ne permet pas d’offrir les flacons, indique-t-il. En effet, le prix de l’alcool brut a doublé depuis la semaine dernière, aussi le groupe se positionne sur des ventes à prix coûtant."


Chez Guinot-Mary Cohr, on met en flacon du gel hydroalcoolique - DR


Au sein d'Alès Groupe (Liérac, Phyto, Caron...), c'est le Laboratoire Ducastel, spécialiste des produits capillaires, qui s'est mis à fabriquer du gel hydroalcoolique, gratuitement distribué aux pompiers et aux hôpitaux. La possibilité d'envoyer des flacons en pharmacie est aussi à l'étude. Les Laboratoires Expanscience et leur marque à destination des bambins, Mustela, ont également livré leur production à l'AP-HP et aux pompiers d'Epernon où se situe leur site de fabrication.

Du côté de la maison Hermès, dont tous les sites de production textile et maroquinerie ont été fermés, seule reste ouverte l'usine d'Hermès Parfums au Vaudreuil qui met en œuvre - sur la base du volontariat pour ses salariés - une production de gel à hauteur de cinq tonnes.

Enfin, les acteurs de la cosmétique et des soins de la peau ne sont pas les seuls à s'engager pour la production de solutions hydroalcooliques. Le géant de la boisson Pernod-Ricard a mis à disposition ses stocks d'alcool pur (soit 70 000 litres), alors que le groupe Tereos, producteur de sucre, a décidé de convertir cinq de ses distilleries à la fabrication de gel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com