×
Publicités
Publié le
17 déc. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'industrie textile signe un pacte de formation avec la Commission européenne

Publié le
17 déc. 2021

Ce sont 118 organisations et fabricants des secteurs textile, cuir, habillement et chaussures qui ont signé le 16 décembre le "Pacte pour les compétences" (Pact for Skills) relatif à la filière. Promu par la Commission européenne et coordonné par la confédération européenne de la filière Euratex, ce pacte est un engagement à investir dans la requalification et le perfectionnement des travailleurs. Les signataires s'engagent également à moderniser et responsabiliser leur secteur, ainsi qu'à le rendre plus attractif.


Au centre, Alberto Paccanelli (Euratex) entouré des participants de la 9e convention d'Euratex, tenue les 9 et 10 novembre à Anvers - Euratex


Le document d'une douzaine de pages fixe cinq objectifs à la filière. Tout d'abord le déploiement de cours dédiés aux nouvelles compétences et technologies, de la réalité virtuelle à l'intelligence artificielle, ainsi qu'à la durabilité, à la réparation des produits et à la gestion des déchets dans une logique circulaire. Les signataires s'engagent en outre à établir des partenariats régionaux et intersectoriels entre industries, prestataires de formation et autorités.

Le pacte pose par ailleurs les bases d'un meilleur suivi des formations européennes de la filière textile, cuir, habillement et chaussures, via la mise en place d'un observatoire des compétences dédié.

Est également inclus la lutte contre la discrimination et les inégalités entre hommes et femmes: un manifeste de la diversité du secteur devrait ainsi voir le jour pour indiquer les initiatives de soutien prises en ce sens. Le cinquième point est l'accroissement de la sensibilisation et de l'attractivité du secteur, via des campagnes d'information dédiées, destinées à faire connaître la filière aux jeunes travailleurs.

"Le succès de nos entreprises repose sur la recherche des bonnes personnes possédant le bon ensemble de compétences", commente le président d'Euratex, Alberto Paccanelli. "Cela devenant de plus en plus difficile, ce pacte est donc un signal d'alarme pour travailler ensemble et développer une stratégie tournée vers l'avenir, où les personnes sont placées au cœur de notre secteur."

La Commission européenne a notamment salué mercredi le fait que les signataires se sont notamment donné pour objectif spécifique l'augmentation de 20% de l'offre d'apprentissage dans le secteur, ainsi que le soutien de 10.000 PME dans leur numérisation.

Pour y parvenir, les organisations de la filière pourront notamment compter sur un réseau de ressources et conseils mis à disposition par la Commission européenne. Car ce pacte s'inscrit dans l'Agenda européen des compétences (European Skills Agenda), lancé il y a un an par l'UE. L'objectif est de pousser les filières européennes à renforcer leurs savoir-faire respectifs. Quelque 500 organisations professionnelles auraient aujourd'hui signé des pactes sectoriels, représentant plus de 1,5 million de travailleurs.

"Les petites entreprises de l'écosystème textile ont souvent du mal à attirer et à conserver une main-d'œuvre talentueuse et qualifiée, ce qui nuit à leur compétitivité", explique le commissaire en charge du marché intérieur, Thierry Breton. "Pendant la crise du Covid-19, j'ai également été témoin de l'ingéniosité et de la débrouillardise de ces entreprises. Ce pacte arrive donc au bon moment pour que l'Europe reste le foyer de marques fortes, de créativité, de savoir-faire et de produits de qualité".

"Ce nouveau partenariat de compétences dans l'industrie textile jouera un rôle crucial pour répondre aux besoins des entreprises et des travailleurs", se félicite de son côté Nicolas Schmit, commissaire à l'emploi et aux droits sociaux. "Il les aidera à s'adapter à l'évolution rapide des exigences de fabrication et aidera les travailleurs à répondre à la demande de main-d'œuvre et de compétences dans cet écosystème."


Shutterstock


Parmi les signataires au niveau communautaire figurent, outre Euratex, les organisations Cotance, l'European Footwear Confederation, l'ETSA (European Textile Services Association), Global Fashion et IndustriAll. Côté français, on retrouve la Fédération française de la tannerie mégisserie, la Fédération française de la chaussure, Unitex Auvergne Rhône Alpes, l'IFM (Institut français de la mode) ou le CTC (Centre technique du cuir). A ceci s'ajoutent des entreprises comme Boss Shoes, Papucei, De Robert Calzature, Buckman, Dercosa, Krisbut et bien d'autres.

L’industrie européenne du textile-habillement se compose de quelque 160.000 entreprises générant 1,5 million d’emplois. Le secteur génèrerait un chiffre d'affaires de 162 milliards d'euros, et exporterait chaque année pour 61 milliards d’euros de marchandises. Des niveaux qui ont été largement chahutés par la crise sanitaire et la suspension des commandes au printemps 2020, mais qui connaissent un retour progressif à la normale. Une reprise freinée cependant par l'explosion du coût des matériaux et du fret, conséquences de la crise sanitaire.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com